Dan Kaminsky recommande un patch global et permanent contre la faille DNS

Sécurité

Le découvreur de la faille DNS (Domain Name Server) qui a secoué le monde de la sécurité l’été dernier refait parler de lui. Il souhaite voir se développer un patch permanent contre la vulnérabilité

Celui qui se fait désormais surnommer le père de la faille DNS met en garde. Durant le Black Hat, raout des pirates et autres professionnels de la sécurité, il a donné quelquesuns de ses derniers conseils.

Expert au sein de l’équipe d ‘IO Active, il a recommandé aux professionnels de la sécurité de prendre des mesures en faveur d’une prise en compte générale de la sécurité des réseaux. En cause, la technologie de défense DNSSEC. Ce protocole qui permet de protéger certains réseaux devrait, selon Kaminsky être généralisé de manière permanente car il offre une meilleure méthode d’authentification et de protection des données contre les attaques d’empoisonnement du cache (cache poisonning).

Une technologie largement soutenue par le gouvernement fédéral des Etats-Unis pour ses propres réseaux. Cependant, de n ombreuses entreprises rechignent encore à déployer des solutions utilisant la technologie DNSSEC (selon Kaminsky) à cause de sa complexité.

L’expert commente : “La technologie DNSSEC peut apparaître terrifiante lorsque l’on doit l’implémenter. Il y a tellement d’administrateurs qui sont censés le faire mais peu ont encore essayé“.

Dan Kaminsky a tenu à expliquer que les failles était inhérentes au DNS et qu’il était du ressort des industriels de la sécurité de se saisir de la question afin de généraliser les process. “Une fois que les systèmes sont implémentés, les administrateurs n’ont seulement plus qu’àdéfendre leurs serveurs DNS contre les attaques du cache. C’est tout “.

Si le système de patch a contribué à protéger les systèmes et domaines les plus utilisés, Kaminsky constate que certains services ou réseaux subalternes sont toujours exposés. Il anticipe alors à un an le temps qu’il faudra pour protéger tous les réseaux majeurs. Le siteComputerworld estime à ce jour à 200.000 le nombre de serveurs DNS non-protégés contre la faille.

Petit rappel, pour ceux qui sont partis en vacances (plusieurs mois…, loin de toute connexion Internet). En juillet dernier, ce défaut de taille dans la cuirasse du DNS, le système central qui met en relation les adresses des sites et les pages stockées sur des serveurs était découvert par le chercheur. Par cette découverte, tout le réseau mondial d’Internet a pris conscience du risque de voir des pirates s’emparer de l’ensemble du trafic. De fausses données DNS peuvent alors être insérées dans la cache d’un name-server. Un attaquant peut alors afficher une mauvaise réponse pour n’importe quelle requête et rediriger un internaute vers un site piégé à son insu.

Une riposte sous forme de correctif était alors arrivée par des mises à jour proposées par Microsoft et les éditeurs de sécurité puisque la vulnérabilité du protocole DNS affectait aussi bien les serveurs de cache déployés par les fournisseurs d’accès à Internet que les postes clients utilisés par les internautes.

Par ce commentaire, l’expert confirme une étude menée en septembre dernier. Selon NBS System, société spécialisée dans la sécurité informatique, près de 33% des DNS français étaient encore sensibles à cette faille. Et à ce jour ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur