Le datacenter marseillais d’Interxion profite à France-IX

Réseaux

Déjà partenaires sur Paris, l’association entre France-IX et Interxion sur Marseille va permettre de raccourcir les délais des mises en service d’interconnexion clients.

Le rachat du datacenter SFR de Marseille par Interxion, l’été dernier, fait au moins un heureux : France-IX. Le point de peering français va pouvoir bénéficier directement des services de l’opérateur de datacenters, son partenaire depuis 2012 avec une présence dans trois de ses sites parisiens.

« Cela nous permet de consolider notre présence à Marseille, nous confirme Franck Simon, directeur général de France-IX. Nous allons migrer chez Interxion afin d’éviter de multiplier les intermédiaires et raccourcir les processus. » Dans les faits, le point d’interconnexion était déjà hébergé dans le datacenter de SFR, aujourd’hui rebaptisé MRS1. Mais France-IX s’appuyait sur Jaguar Networks (également membre fondateur de l’association supervisant la structure commerciale du point d’échange) pour gérer les équipements sur place. « Ils continuent à nous aider », assure Franck Simon.

Délais raccourcis

Reste que ce modèle de fonctionnement alourdissait les procédures. Avec l’acquisition du site par Interxion, « les process sont clairement identifiés et les délais raccourcis. Mettre en service un nouveau membre prend aujourd’hui quelques jours et non plus quelques semaines, voire des mois, comme précédemment », assure le dirigeant de France-IX.

Autre avantage amené par le changement de propriétaire : une meilleure force commerciale. France-IX va en effet profiter de la force de vente d’Interxion, plus importante que celle qu’apportait SFR, pour attirer de nouveaux membres. Aujourd’hui, les clients “marseillais” sont issus de la base parisienne. Demain, Franck Simon espère faire venir des clients installés de l’autre côté de la Méditerranée. Marseille constitue en effet un point d’amerrissage des câbles sous-marins qui relient l’Afrique, le Moyen-Orient et même l’Asie au continent européen.

Une force de vente supplémentaire

« A Marseille, France-IX a été en mesure de convaincre les fournisseurs de contenus francophones et anglophones de se connecter afin d’atteindre les opérateurs africains, commente Fabrice Coquio, PDG d’Interxion France. Avec l’expansion du site MRS1, nous serons en mesure de répondre aux besoins croissants de ces opérateurs en matière d’hébergement, de connectivité et d’accès aux services de peering. » Interxion soutient une vingtaine de points d’échanges dans onze pays.

Du point de vue de l’infrastructure, le changement de propriétaire est en revanche transparent pour France-IX qui dispose toujours d’une baie classique pour interconnecter les différents opérateurs et fournisseurs de contenus entre eux. Le point d’échange opère sur Marseille depuis un peu plus d’un an.

crédit photo © Rawpixel – shutterstock

Lire également
Peering : Digital Realty rejoint France-IX
France-IX franchit les 250 Gbit/s de trafic
France-IX peaufine une place de marché pour séduire les opérateurs Tier-1


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur