Pour gérer vos consentements :

Deep Tech : le pôle Systematic Paris-Région précise sa feuille de route

Labellisé dans le cadre de la phase IV des pôles de compétitivité, Systematic Paris-Région précise ses ambitions. À savoir : « décupler les capacités d’innovation, la croissance et le rayonnement à l’international de l’écosystème francilien des deep tech ».

« L’hyperconnectivité, les déluges de données, la diffusion de technologies de rupture comme l’IA, l’informatique cognitive et la robotique, l’émergence de nouveaux usages, imposent de repenser l’innovation et de miser encore plus qu’avant sur les écosystèmes et les compétences », a déclaré Jean-Luc Beylat, président de Systematic Paris-Region.

En définitive, il s’agit pour le pôle francilien d’atteindre à horizon 2022 les 4 milliards d’euros de R&D cumulés depuis sa création en 2005 (3,18 Md€ ont été investis à ce jour). Et de franchir le cap des 1000 membres (contre 778 en 2018). PME, ETI, grands groupes, startups, centres de recherche, collectivités territoriales et investisseurs sont ciblés.

Cet ensemble d’acteurs, aux intérêts parfois divergents, devra contribuer à la politique d’innovation de la France dans des domaines technologiques clés : des réseaux 5G aux supercalculateurs, en passant par l’informatique quantique.

IA, IoT, Cybersécurité

Pour ce faire, Systematic veut structurer son action autour de six hubs deep tech :

– Data science et intelligence artificielle (IA) ;
– Cyber et sécurité ;
– Infrastructures numériques et internet des objets (IoT) ;
– Ingénierie numérique ;
– Optique et photonique (intégration du cluster Opticsvalley) ;
– Open Source.

Chaque hub technologique sera chargé d’animer un écosystème capable d’atteindre « une masse critique » et de « peser à l’international ».

Leur action sera complétée par des partenariats avec des pôles « marchés » (sécurité, défense, énergie…) et des comités stratégiques de filière. Quant aux alliances existantes (Cap Digital, IRT SystemX, Université Paris-Saclay…), elles seront renforcées.

Qui va financer ?

Au niveau européen, Systematic Paris-Région veut s’appuyer sur un groupe de travail (European Building Proposal) qui contribue à la visibilité des innovations deep tech du pôle. Dans le cadre du programme pour la recherche et l’innovation Horizon Europe.

D’autres actions seront renforcées (Entreprise Europe Network, Startup Europe). À l’échelle internationale, les partenariats existants seront confortés et d’autres accords signés.

Sous l’angle du budget, Systematic Paris-Région se prépare à une diminution des aides publiques (-25% entre 2019 et 2022) et à une augmentation des crédits européens (+60%). La part privée du budget du pôle devrait ainsi passer de 50% à 60% sur la période.

(crédit photo © compte Twitter Systematic Paris-Région)

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

2 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

2 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

2 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

3 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

3 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

3 semaines ago