Deezer devient soluble dans Orange

Logiciels

Orange et Deezer précisent les conditions de leur rapprochement. Un nouveau service de contenus aux offres de l’opérateur. Une nouvelle audience pour le site de musique en ligne.

Deezer et Orange ont profité du point presse de rentrée pour précisé la portée de leur collaboration annoncée en juillet dernier. Le service de musique en streaming compte sur son nouvel allié mi-télécoms mi-Internet pour accélérer le recrutement d’abonnés payants.

Même si l’alliance capitalistique se révèle au final assez limitée. Orange ne prendrait qu’une participation de 11 % dans Deezer (accord qui reste à finaliser). Et l’opérateur met de côté ses ambitions pour son service naissant homologue WorMee. Une procédure de transferts de comptes sera proposée. Interrogé par Reuters, Axel Dauchez, directeur général de Deezer, compte sur son partenaire stratégique Orange pour faciliter la difficile transition entre membres gratuits (12 millions d’inscriptions) et clients premium. 25 000 acceptent actuellement de payer entre 4,99 euros et 9,99 euros par mois. «Plusieurs centaines de milliers d’abonnés premium» sont escomptés en 2010.

Orange compte faire de Deezer un produit d’appel pour recruter de nouveaux abonnés multi play mais aussi un outil de fidélisation. L’opérateur compte proposer un accès gratuit à la déclinaison premium du service de musique en streaming (facturée 9,90 euros actuellement par mois).

Le modèle économique est précisé : Orange reversera une commission à Deezer sur chaque abonnement concerné. Mais le taux n’est pas précisé. De son côté, Orange a du mal à percer avec sa propre offre de téléchargement de musique dont les tarifs varient entre 6 et 12 euros par mois.

Selon Les Echos, l’opérateur télécoms serait parvenu à n’intéresser qu’un échantillon de 450.000 clients Internet et mobile alors qu’il occupe une position de leadership en France. Deezer intéressera-t-il plus que Wormee les 26,2 millions de clients mobiles d’Orange et 8,9 millions d’abonnés haut débit fixe?

Source: ITespresso.fr


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur