Dégroupage: Free conteste les données de France Télécom

Régulations

L’opérateur historique a désormais l’obligation de faire un bilan régulier des délais de livraison des lignes. Mais Free conteste les chiffres communiqués

Le torchon brûle à nouveau entre Free et France Télécom. Sous la pression de l’Arcep, le régulateur des télécoms, l’opérateur historique doit publier tous une liste d’indicateurs de qualité de service concernant la livraison des lignes dégroupées. Sauf que Free conteste les chiffres de France Télécom. Dans son dernier bilan, France Télécom indique qu’il respecte à plus de 90% les délais de livraison des accès ADSL à ses concurrents. Mais selon Free, cette conclusion est eronnée. En cas de dégroupage total, le délai est de 5 jours contre 2,4 revendiqués par France Télécom. C’est pire pour le dégroupage partiel: France Télécom affirme que l’ouverture d’une ligne prend 2,7 jours. Free conteste et avance un délai de 10,8 jours.

“France Télécom a encore un travail important à faire pour parvenir à l’exigence de qualité formulée par le régulateur”, souligne le patron de Free, Mickaël Boukobza. D’ailleurs, l’Arcep pense aussi qu’il y du pain sur la planche. Pour mai et juin, le régulateur estime que la qualité de service est “contrastée”. “Si les résultats indiquent une amélioration des délais, s’agissant de la livraison des paires dégroupées, ils sont peu satisfaisants s’agissant des délais du service après-vente du dégroupage”. Seulement 53% des lignes ayant fait l’objet d’une procédure de SAV ont été traitées par France Télécom dans les délais contractuels, souligne le régulateur. En clair, France Télécom continue à prendre son temps lorsqu’il s’agit d’intervenir sur une ligne passée à la concurrence. Enfin, rappelons que le Conseil d’Etat a maintenu le tarif actuel du dégroupage total à 9,50 euros par mois et par ligne. Un tarif conteste par les opérateurs alternatifs (voir notre article).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur