Même délesté de ses terminaux, l’avenir de Nokia reste incertain

Régulations

Nokia affiche un chiffre d’affaires annuel en recul, et mais revient aux bénéfices. A condition de mettre de côté l’activité terminaux mobiles… qui n’a toujours pas été transférée à Microsoft.

Nokia vient de publier ses résultats pour le 4e trimestre 2013 qui clôturent l’année. Un trimestre « historique » puisque la vente de la division Devices & Services à Microsoft (pour 5,4 milliards d’euros cash qui sera dans les faits effective dans le courant du premier trimestre 2014) entraîne la séparation des (mauvais) résultats de l’activité terminaux mobiles du reste.

Hors terminaux mobiles, le chiffre d’affaires trimestriel de Nokia s’élève à 3,48 milliards d’euros. En hausse séquentielle de 18% mais en recul de 21% par rapport à 2012. Il est essentiellement porté par Nokia Solutions and Networks (NSN), la division équipements télécoms, à 3,1 milliards d’euros. Celle-ci enregistre un bond trimestriel de 20%, mais une chute de 22% sur l’année.

Here (division cartographie) et Advanced Technologies (brevets) s’inscrivent également en retrait annuellement : -9% pour le premier à 254 millions d’euros (mais +20% d’un trimestre à l’autre) ; et -20% pour le second (et -14% trimestriellement).

Toujours hors terminaux mobiles, les bénéfices s’élèvent à 274 millions d’euros (408 millions en normes non-IFRS) en hausse de 5% trimestriellement, mais en recul de 17% annuellement.

Un retour aux bénéfices… virtuel

Sur l’année, le chiffre d’affaire de Nokia s’élève à 12,7 milliards d’euros. Un recul de 17% par rapport à 2012. Mais Nokia parvient à signer son retour des bénéfices : 519 millions d’euros (IFRS, dont 420 issus de NSN) contre une perte de 821 millions en 2012 (dont -795 de NSN). Un bon résultat… mais un résultat virtuel puisqu’il n’intègre pas les 590 millions de pertes de la division terminaux mobiles sur l’année. Reste que, même ainsi, le crû 2013 apparaît comme un moindre mal au regard du trou de 1,5 milliard d’euros en 2012.

Sur le trimestre, le chiffre d’affaires réalisé par les ventes de feature phones, smartphones et désormais tablettes s’élève pour sa part à 2,63 milliards. En chute libre de -29% d’une année sur l’autre et en recul de 5% par rapport au 3e trimestre 2013. Sur l’année, malgré la progression des ventes des smartphones Lumia, les revenus de la branche terminaux tombent à 10,7 milliards, contre 15,2 milliards en 2012 (-29%). Microsoft aura fort à faire pour remettre l’activité sur les rails de la croissance.

Marges riquiqui début 2014

Nokia termine l’année avec une trésorerie de 2,3 milliards, contre 4,4 milliards en 2012. Même amoindri, ce trésor de guerre devrait s’avérer fort utile pour affronter 2014. Pour le 1er trimestre de cette nouvelle année, le Finlandais espère atteindre une marge opérationnelle de 5% (non-IFRS) sur sa locomotive NSN. Et Nokia se donne une marge d’incertitudes de 4 points sur cet objectif ! Au quatrième trimestre 2013, cette marge était de 12,2%. Guère encourageant pour l’avenir. L’entreprise pourra néanmoins compter sur le gros chèque de Microsoft pour trouver son nouveau rythme.


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Connaissez-vous l’histoire de Nokia ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur