Dell cherche à simplifier la sauvegarde sur disque

Réseaux

“Simplicité”, voilà le maître mot Brett Roscoe, responsable marketing des produits de stockage chez Dell corp.

Dell introduit un nouveau système de sauvegarde sur disques durs : le PowerVault DL2000.

Il vise les PME d’une certaine taille. Son originalité est qu’il simplifie les opérations d’installation et de maintenance, les rend accessibles à des non spécialistes.

Il s’agit d’une appliance “tout-en-un” de dimension ‘2U’ ; elle intègre matériel et logiciel. Elle se connecte au réseau Ethernet (avec un accélérateur TCP/IP) et permet la sauvegarde de tous les serveurs qui y sont reliés.

Depuis bien longtemps déjà, le disque est considéré comme un support de sauvegarde plus facile à utiliser (D2D, disk-to-disk) que la bande (D2T ou disk-to-tape).Cette dernière requiert un paramétrage plus complexe et impose un choix de fenêtres régulières de sauvegarde.

Selon Dell, il ne faut que 27mn (très précisément !) pour mettre en place le système à partir de la console de gestion.

Ce PowerVault DL2000 est un système RAID classique avec un minimum de deux disques en miroir d’interface SATA II d’une capacité de 250 Go chacun. Cette capacité peut être étendue à 144 To utiles, avec un maximum de 12 modules externes MD1000 de stockage en RAID-5, chacun contenant 15 disques SATA grimpant à 1To.

Pour l’archivage (D2D2T ou Disk-to-Disk-to-Tape) sont proposées en option des bibliothèques automatiques de bandes de 2 à 4 lecteurs d’origine IBM et respectivement 24 ou 48 cartouches LTO-3 ou LTO-4, unités fabriquées par un spécialiste, l’allemand BDT.

Un modèle de haut de gamme, d’origine Quantum, le M6000 (18 lecteurs, 400 cartouches) est aussi au catalogue.

Toutes ces unités sont disponibles en attachement SAS, SCSI ou FC avec des adaptateurs spécifiques.

CommVault ou Symantec, un choix difficile

Pour la sauvegarde, l’essentiel est moins le matériel que le logiciel. Et là, Dell, qui n’est en fait ici qu’un intégrateur, n’a pas fait simple puisqu’il oblige le client à faire un choix entre deux produits et donc de se plonger dans une comparaison, pas évidente, de leurs nombreuses fonctionnalités.

Ce sont sans doute les deux logiciels de sauvegarde les plus vendus en ce moment, Simpana de CommVault, une petite firme américaine en belle croissance, et Backup Exec leader historique du sujet, écrit par Veritas (société reprise par Symantec).

Les interlocuteurs des deux sociétés mettent en avant les qualités de leurs produits respectifs.

Matthew Smith, ‘senior manager‘ en charge des alliances stratégiques de Symantec, explique :

Facilité d’utilisation, granularité pour la sauvegarde des applications Microsoft (Exchange, SharePoint, Active Directory), CDP“. [Continuous Data Protection est un procédé récent de backup au fil de l’eau : dès qu’un bloc d’un disque primaire du serveur est modifié, il est copié sur le DL2000, ce qui permet en particulier de retrouver la configuration complète de son ordinateur en revenant en arrière à quelque moment que ce soit en cas d’incident (l’équivalent du Time Machine d’Apple)].

Jeff Echols, manager du compte Dell chez CommVault (Dell est depuis un certain temps le plus gros client OEM de CommVault) explique: “Evolutivité pour sauvegarder jusqu’à 100 serveurs, dé-duplication ainsi que CDP et archivage d’emails en option“.

Cette dé-duplication fournie en standard par CommVault – que ne possède pas Backup Exec – risque de faire pencher la balance. C’est un moyen très efficace de réduction du volume des données – environ 15 fois moins, estime Brett Roscoe –, basé sur la comparaison d’un bloc entrant par rapport à tous ceux qui ont déjà été sauvegardés. S’il est retrouvé un bloc identique, l’arrivant est remplacé par un index de faible poids.

Les deux logiciels sont livrés dans leur version standard complète mais comporte des options payantes, telle la sauvegarde de machines virtuelles, la réplication à distance pour les deux, le CDP et l’archivage d’emails pour CommVault.

Simplificté, efficacité…

Hormis ce problème de choix de logiciel, le DL2000 apparaît a priori particulièrement simple, beaucoup plus facile à implémenter qu’un classique système sur bande ou même qu’un VTL (Virtual Tape Library : la sauvegarde s’effectue sur disques mais avec émulation du format de la bande pour que l’utilisateur conserve ses habitudes).

Le prix du DL2000 n’a pas encore été fixé. Il sera disponible dans le courant de ce mois d’octobre. Mais Brett Roscoe donne une fourchette: “Entre 12.000 et 15.000 dollars pour une configuration de base de 3To utiles sur huit disques durs en RAID-5 dont une unité de secours“.

Sur ce marché, le principal concurrent de Dell, s’appelle HP, avec ses D2D2500, D2D100 et surtout le D2D4000 avec dé-duplication.

Citons également quelques entreprises américaines du stockage (Overland, Quantum, etc). Et quelques petites sociétés françaises innovantes proposent aussi des solutions de sauvegarde sur disques de qualité, telles Arkeia Software, MatrixAppliances ou Synerway.

Photo : Dell PowerVault DL2000 et MD1000

dellpowervaultdl2000etmd1000.jpg


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur