Dell et le futur des serveurs, ‘Project Hybrid’ et blade

Régulations

Le fabricant annonce la création d’une division pour la conception de
datacenters personnalisés et dévoile un peu plus de son futur serveur blade

La stratégie d’infrastructure de Dell se décline selon trois axes : la virtualisation, l’efficacité de la consommation et la densité.

Marck Boulton, directeur EMEA des serveurs Dell, décrit l’évolution de la stratégie du constructeur sur les datacenters. “Notre objectif est d’optimiser notre offre selon le projet du client, avec une vision plus holistique du datacenter, tout en conservant nos prix compétitifs.

Sur la virtualisation, la question est comment la déployer ? Nous nous devons de proposer des solutions pour la déployer en quelques minutes, et non plus en quelques jours, voir quelques mois. C’est aussi à la demande de nos clients de réduire le risque dans les projets.

Une division pour les datacenters ‘hybrides’

Cela se traduit par trois niveaux d’offres sur les serveurs. Le standard, tout d’abord, avec la gamme PowerEdge qui correspond au cas général de l’équipement des entreprises et dont la réponse aux demandes des clients figure au catalogue.

Dell annonce la création d’une nouvelle division ‘Project Hybrid‘. Il s’agit d’optimiser l’offre du constructeur afin de cibler les solutions attendues par le client. “C’est du ‘full Solutions’, pour les clients qui souhaitent bénéficier d’une offre complète adaptée à leurs besoins, avec des technologies haut de gamme, et que nous composons à la demande. C’est l’exemple en Europe du HPC (calcul).”

Enfin, Dell continue de proposer les services de sa division Data Center Solutions, aussi appelée ‘Cloud Computing‘, qui n’a concerné jusqu’à présent que 12 clients dans le monde, pour des configurations entièrement conçues avec le client. A des niveaux de prix que l’on a du mal à imaginer?

Le futur technologique des serveurs Dell

Eric Velfre, directeur Entreprises de Dell EMEA, nous a enfin mis au parfum des projets à court terme du constructeur dans le domaine des serveurs.

Ceux-ci prennent en compte quatre domaines sensibles : la virtualisation, qui se traduit par un rapprochement avec VMWare, complété de l’offre de PlateSpin. Mais aussi avec Novell pour la technologie Xen sous Linux. Sans oublier Microsoft qui intégrera sa propre technologie de virtualisation dans Longhorn Server.

Répondent aussi présents l’efficacité énergétique, optimisation de la consommation et du refroidissement ; la gestion du système, avec en particulier le très attendu OpenManage issu des travaux conjoints de Dell et Altiris.

Mais Dell voit aussi en quatrième élément moteur sur les serveurs, l’évolution du marché des serveurs 4 sockets vers les 2 sockets. “Le 2 sockets est un standard plus petit et moins cher, mais tout aussi puissant avec l’arrivée des processeurs quad-core (quatre c?urs). Nous avons adopté à ce sujet une politique agressive, en proposant nos serveurs quatre c?urs au prix des deux c?urs.”

Cette dernière vision du marché est confirmée dans les faits Au premier trimestre, et largement devant ses compétiteurs, Dell a livré 24 % de serveurs équipés Intel Cloverton (quad-core), et 72 % de serveurs Intel Woodcrest.

La touche Dell sur son serveur blade

Autre produit annoncé, le PowerEdge M1000e, un serveur blade (lames) 10U qui accueille 16 fois 2 lames Intel ou AMD, avec un design spécifique sur le ‘cooling‘ (rafraîchissement) et un système spécifique pour gérer la puissance et le refroidissement. Egalement très certainement une option pour du ‘liquid cooling‘, même si certains utilisateur hésitent encore à placer du refroidissement par eau dans un blade à haute densité.

C’est le plus gros investissement de Dell, qui en a assuré le design total afin de concevoir une solution blade ultra dense. Notre stratégie est de proposer plus de produits pour adresser plus de clients.

Révolution culturelle… marketing

Et pour cela, Dell ne manquera pas de lancer une campagne marketing ‘Did you know‘ en Europe (dans un premier temps) destinée à communiquer sur la marque. Une nouveauté pour le constructeur qui jusqu’à présent avait surtout axé ses publicités sur les produits.

Une véritable révolution culturelle qui marque la volonté de Dell de retrouver le brillant de sa place perdue de leader mondial, qualifiée également par la nomination pour la première fois d’un CMO (Chief Marketing Officer) qui répond directement au grand patron Michael Dell. Quant on parle de révolution?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur