Dell Fluid Cache pour DAS 1.0, cache de stockage

CloudStockage

Dell a pris sa trousse de bricolage pour assembler les briques d’une nouvelle solution d’accélération du stockage basée sur la technologie de cache Fluid Cache.

Prenez des ingénieurs de Dell, offrez-leur un serveur Dell PowerEdge 12G sous Linux, remplissez-le de 2 ou 4 cartes Express Flash PCIe (selon la capacité du rack ou du blade) qui se comportent comme des disques SSD, mettez en option du stockage PowerVault, recouvrez-le tout avec le logiciel Fluid Cache. Vous obtenez Fluid Cache pour DAS 1.0.

Cache accélérateur d’applications

Que nous réserve ce bricolage issu de l’assemblage de technologies conçues en interne et surtout d’acquisitions réalisées par Dell ? Un accélérateur d’applications basé sur une des technologies les plus avancées en ce domaine, acquise voici deux ans par Dell avec le rachat de RNA Networks. Cette technologie Fluid Cache placée sur un serveur PowerEdge convertit les SSD Express Cache en cache front-end des disques internes en NAS (Network Attached Storage).

Au cœur de Fluid Cache se trouve un dérivé de MVX (Memory Virtualization Acceleration), un module de création de nœuds de serveurs en cluster sur un pool de mémoire, qui s’exécute sur le kernel Linux. MVX intercepte les données en lecture ou en écriture provenant du stockage NAS pour les rediriger vers le pool de mémoire considéré comme une mémoire unique pour l’ensemble des clusters.

Dans Fluid Cache pour DAS 1.0, le moteur de cache est globalement le même que MVX, mais ici la donnée est redirigée vers les cartes SSD 175 Go ou 350 Go. De plus, la donnée placée sur le premier SSD est répliquée sur le second, ce qui réduit le risque de perte de données. La solution apporte donc un cocktail de performance et de fiabilité.

Performances x2, x7, x23…

Côté performances, sur une configuration HPC (calcul) avec le protocole de système de fichier NFS pour faire le lien entre le serveur et le stockage, la lecture serait accélérée 23 fois en IOPS (nombre d’opérations I/O ‘entrées/sorties’ par seconde), et 7 fois en écriture. Et pour les workloads de base de données, la vitesse de traitement des transactions serait multipliée par 2 et le temps moyen de réponse sur une transaction réduit de 95 %.

Fluid Cache pour DAS 1.0 est indépendant des applications. Le tarif du logiciel serait de 3500 dollars par machine physique, et 700 dollars de maintenance annuelle, à confirmer.

Si la solution devrait rapidement intéresser le calcul et les applications critiques, dans la finance par exemple, Dell cible également l’accélération des bases de données Oracle pour les ERP et les CRM.


Voir aussi

Quiz Silicon.fr – Connaissez-vous l’histoire de Dell ?

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur