Le démantèlement de ST-Ericsson est bouclé

Régulations

Le groupe suédois Ericsson et l’industriel franco-italien STMicroelectronics finalisent le démantèlement de ST-Ericsson, leur coentreprise spécialisée dans les puces pour mobiles.

Le fabricant franco-italien de semiconducteurs STMicroelectronics et le groupe suédois Ericsson ont annoncé lundi 5 août finaliser le démantèlement de ST-Ericsson, leur coentreprise dans les composants pour mobiles.

Celle-ci n’a pas été bénéficiaire en cinq ans d’activité. Après avoir indiqué en décembre 2012 vouloir s’en désengager, les deux parties ont conclu un accord portant sur la séparation en mars 2013.

« Nous avons finalisé cet accord en respectant pleinement le calendrier défini, avec un impact social minime et des coûts de sortie inférieurs à nos prévisions », a déclaré par voie de communiqué Georges Penalver, vice-président et directeur de la stratégie chez ST.

ST-Ericsson démantelée

Ericsson a repris la conception, le développement et les ventes du modem LTE multimode 2G/3G/4G. STMicroelectronics, de son côté, a récupéré les activités associées aux autres produits existants de ST-Ericsson, ainsi que certaines installations de test et d’assemblage.

La fermeture des autres activités de la coentreprise a débuté. Pour les activités partagées, le transfert formel vers les sociétés mères est effectif depuis le 2 août. Au total, quelque 1 800 employés et sous-traitants de la coentreprise démantelée ont rejoint Ericsson, tandis qu’un millier de personnes environ ont été intégrées à STMicro.

« Nos nouveaux collègues renforceront nos capacités dans les domaines du traitement de calcul embarqué, de la radiofréquence (RF), des circuits analogiques et de puissance, ainsi que dans le logiciel et les systèmes d’intégration complexes », a souligné Georges Penalver.

Ericsson et ST prennent à leur compte, depuis le 2 mars dernier, les dépenses et les marges liées à leurs activités issues du démantèlement.

Carlo Ferro redevient CFO de ST

Carlo Ferro, qui fut directeur des opérations avant d’être nommé PDG de ST-Ericsson au printemps 2013, redevient directeur financier (CFO) de STMicroelectronics, tout en assumant des responsabilités étendues, du pilotage des activités juridiques aux relations avec les investisseurs (à lire :  « ST réduit sa perte au premier trimestre 2013 »).

Le manager connaît bien le sujet, puisqu’il fut directeur financier de ST neuf années durant, de mai 2003 à mars 2012, date de sa nomination temporaire à la direction des opérations de ST-Ericsson.


Voir aussi

Dossier Silicon.fr – STMicroelectronics, ce géant méconnu des semiconducteurs


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur