Denis Morel : « Démocratiser la marque Huawei en communiquant sur les produits phares »

Poste de travailSmartphones
Denis Morel, responsable devices chez Huawei France

Nouveaux terminaux haut de gamme, référencement chez les opérateurs… Huawei passe à l’offensive sur le marché français.

Début octobre, Huawei lançait ses nouveaux smartphones Android en France avec l’ambition de couvrir l’ensemble des marchés, de l’entrée au haut de gamme. Nous revenons avec Denis Morel, responsable de la division devices du constructeur chinois, sur cette stratégie.

Silicon.fr – Les Ascend D1 QuadXL et P1 composent le haut de gamme Android chez Huawei. Mais les terminaux arrivent plusieurs mois après les offres équivalentes de la concurrence (Galaxy S3, One X, Optimus 4X HD…). N’avez-vous pas le sentiment d’avoir raté la fenêtre commerciale pour ces modèles d’autant que les configurations de ces smartphones se situent un cran en dessous de l’offre concurrente, en matière de mémoire de stockage notamment ?

Denis Morel – Nous avons travaillé soigneusement le positionnement concurrentiel et le lancement de nos produits afin d’offrir le meilleur rapport qualité / performance sur l’ensemble des segments.
Concernant la mémoire de stockage, nous offrons aux utilisateurs de smartphone Huawei la possibilité d’étendre la mémoire initiale du téléphone avec une carte microSD. De plus, le système d’exploitation Android offre de nombreuses solutions de stockage « Cloud ». Nous souhaitons laisser le libre choix aux consommateurs sur les différentes solutions. Toutefois, afin de répondre à une demande croissante des utilisateurs inquiets de la perte de leurs données, nous avons intégré dans nos smartphones des solutions de sauvegarde locale : Contacts, SMS, journaux d’appels, applications, comptes…

Vous avez annoncé l’ambition d’atteindre le Top 3 du marché mondial des téléphones mobiles. Et pour la France ? Combien de terminaux aurez-vous vendus sur ce marché en 2012 ?

Notre principal objectif à court terme sur le marché français est de multiplier les référencements et d’améliorer la visibilité de nos produits dans les différents réseaux de distribution. Nous souhaitons également démocratiser la marque Huawei en communiquant sur les produits phares de notre gamme. Concernant le nombre de terminaux vendus, nous ne communiquons pas cette information.

Quels modèles seront proposés chez Orange et Bouygues Telecom ?

Le Huawei Ascend G300 est d’ores et déjà disponible dans le réseau de Bouygues Telecom. Le smartphone Huawei Ascend P1 est quant à lui disponible dans le réseau Orange et sera prochainement distribué par Bouygues Télécom.

Etes-vous en discussion avec Free et SFR pour intégrer leurs catalogues ?

Nous avons actuellement un smartphone dans la gamme Free Mobile (le Huawei U8350) et nous sommes en discussion avec SFR sur le référencement de nouveaux produits. Peu de produits compatibles Dual Carrier (42 Mbit/s, NDLR) sont actuellement disponibles sur le marché français. Nous avons pris en compte cette demande initiée par les opérateurs et serons en mesure de fournir des terminaux compatibles en 2013.

Les modèles d’entrée de gamme Y201 Pro et G330 sont équipés de puces Qualcomm alors que Huawei possède ses propres design et unités de production de processeurs ARM. Pourquoi ce choix ?

Huawei sélectionne les meilleurs processeurs en fonction des besoins spécifiques de chaque produit mais également en tenant compte des disponibilités et des capacités des différents fournisseurs de puces.

Le programme Try & Trust (qui consiste à permettre au consommateur de tester un terminal avant son éventuel achat) a été lancé le 3 octobre. Quel bilan en dressez-vous à ce jour?

Aujourd’hui, nous achevons la première phase du programme Try And Trust à savoir le recrutement des testeurs. Le premier bilan est très positif car nous avons dépassé la barre symbolique des 10 000 inscrits.

Vous venez d’intégrer Huawei France et vous exerciez auparavant chez LG à la direction mobile. Il y a-t-il une grande différence culturelle entre les deux entreprises ?

Pour l’instant, je n’ai pas perçu de grande différence culturelle entre les deux entreprises, même si l’une dispose d’une culture électronique grand public et l’autre d’une culture télécoms. Au contraire, je trouve qu’il y existe beaucoup de similitudes entre ces deux géants asiatiques notamment une forte ambition et une rapidité dans l’exécution.

Propos recueillis le 19 octobre 2012.

crédit photo @ Huawei


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur