Dépenses services informatiques: la France médaille de bronze européenne

Régulations

Selon une étude de Forrester, les investissements des entreprises hexagonales devraient passer de 21 milliards d’euros en 2006 à 27 milliards en 2011

Cette croissance des investissements dans les services informatiques place notre pays à la troisième place européenne, souligne l’institut d’études.

Forrester explique ce bond par la diminution des interventions du gouvernement, traduction: les privatisations multiples (Société générale, EDF…), qui a permis de déclencher plus d’investissements en vue d’améliorer l’efficacité des entreprises. Par ailleurs, l’intérêt croissant des entreprises pour les problématiques liées à l’externalisation, explique aussi le phénomène. L’analyste de Forrester, Sonoko Takahashi, observe que l’outsourcing est désormais mieux perçu malgré “la résistance des salariés et des syndicats qui mettent en péril des projets d’externalisation”. Maudits bolcheviques ! Les investissements en services informatiques des entreprises hexagonales devraient donc passer de 21 milliards d’euros en 2006 à 27 milliards en 2011, soit une progression de 5,8%. En entrant précisément dans les dépenses, Forrester souligne que les ‘Project Based Services’ (développement et intégration d’applications, consulting…) devraient continuer à représenter la plus grande partie des dépenses. Ils généreront 12,5 millions d’euros d’investissements en 2006 et 16 millions en 2011. Soit plus de la moitié des dépenses totales. La croissance de ce segment sera égale au marché: +5,6%. Vient ensuite l’outsourcing d’infrastructure: 4,6 millions d’euros en 2006 contre 5,4 millions en 2011. Soit une croissance sur cinq ans de 2,7%. L’outsourcing d’applications devrait croître rapidement. Les investissements seront de 3 millions d’euros en 2011 contre 1,9 million en 2006, soit une progression de 9%. La maintenance externalisée devrait générer le plus de dépenses. Enfin, la palme de la croissance revient au BPO (Business Process Outsourcing) ou externalisation des processus métier. Le BPO consiste à confier à un prestataire certaines tâches de l’entreprise, comme les achats, la comptabilité, la finance, la gestion de la relation client, les ressources humaines ou plus classiquement la paie. Entre 2006 et 2011, les dépenses liées au BPO progresseront de 11,5% passant de 1,5 million d’euros à 2,5 millions. Les ressources humaines externalisées représenteront le premier poste de dépense, suivi du back-office financier, et de la relation client.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur