Le déploiement de la 4G ralentit en France

4GMobilitéRéseaux

La hausse du nombre de sites 4G/LTE déployés par les opérateurs en septembre se limite à 2,2%. Encore moins qu’au mois d’août.

Seulement 369 nouveaux sites 4G exploitables sont venus enrichir le réseau très haut débit mobile sur le territoire au cours du mois de septembre. Au 1er octobre, 17 509 points d’accès LTE couvrent la France, selon les chiffres de l’ANFR (Agence nationale des fréquences). Soit une progression mensuelle de 2,2%, en retrait sensible par rapport aux 2,7% du mois précédent qui, lui-même, s’écartait d’une croissance moyenne de 4,5% ces derniers mois.

Un phénomène qui s’explique en partie par une couverture toujours plus dense au fil des mois provocant tôt ou tard le ralentissement de la croissance. Néanmoins, tous les opérateurs sont loin d’avoir épuisé leur potentiel de couverture. De fait, Orange, qui revendique 70% de la population couverte, se maintient en tête avec 171 nouvelles antennes pour 7 340 sites LTE. Juste devant Bouygues Telecom avec 41 nouveaux points d’accès pour un total de 7 162. Derrière, SFR fait bonne figure avec 93 nouveaux déploiements pour 3 606 cellules. Mais c’est Free qui se montre le plus dynamique avec ses 260 nouveaux sites pour un total de 3 256.

Le 800 MHz s’essouffle

Autre phénomène préoccupant : la bande des 800 MHz, qui faisait jusqu’alors figure de locomotive dans le déploiement du très haut débit mobile, a limité sa progression à 3,6%. Soit autant que celle des 2600 MHz, dont les premiers travaux de couverture ont démarré quelques mois avant. Les 800 MHz frôlent aujourd’hui les 9 000 sites et la bande des 2600 MHz les 12 833. Exclusivement exploitée par Bouygues Telecom, la bande des 1800 MHz n’atteint pas les 6 700 points de connexion (+0,6% en un mois).

Notons qu’il s’agit là d’un décompte de sites d’opérateurs ayant obtenu une autorisation d’exploitation. Dans les faits, à peine plus de 14 000 sites sont réellement « allumés » par les opérateurs qui disposent de 18 mois après obtention de l’autorisation de l’ANFR pour mettre en services les quelque 3 500 sites autorisés, mais non exploités aujourd’hui.

crédit photo © Nata-Lia – shutterstock

Lire également
4G : la France va-t-elle rattraper la Corée ?
L’Arcep tacle Free et SFR sur les cartes de couverture 4G
Réseau 4G : Orange passe devant Bouygues Telecom


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur