Des tablettes numériques comme s’il en pleuvait

Réseaux

Près de 20 millions de tablettes seront vendues en 2010 selon Gartner et plus de 200 millions en 2014. Au détriment de nombreux types de produits multimédia.

Les tablettes tactiles vont faire un carton. Si le Gartner évalue à 19,5 millions le nombre d’entre elles qui seront vendues dans le monde en 2010, le cabinet prédit une augmentation de 181 % dès 2011 à 54,8 millions pour un marché qui devrait dépasser les 208 millions d’unités en 2014.

L’iPad d’Apple devrait s’inscrire comme le grand gagnant de cette année. Sur le seul marché américain, Apple a vendu 3 millions d’iPad en 80 jours. Et le fonds Barclays Capital prévoit que ce nombre montera à 20 millions en 2011. Mais à marché prometteur, offre riche. Et de Samsung (Galaxy Tab) au PlayBook de RIM en passant par la Dell Streak, les Galapagos de Sharp, la Cius de Cisco, les annonces de nouveaux produits se multiplient, sans oublier les projets des taïwanais Acer, Asus, MSI…

Ce nouveau marché devrait se concentrer sur le territoire américain dans un premier temps. L’Amérique du Nord monopolisera 61 % des ventes de tablettes en 2010 avant de céder du terrain au reste du monde pour tomber à un néanmoins confortable 43 % en 2014. Les tablettes communicantes (équipées du wifi et/ou de la 3G) s’imposeront d’une courte majorité (55 %) en 2010 pour devenir quasiment standard en 2014 avec 80 % des modèles vendus.

L’arrivée des tablettes ne se fait pas sans douleur avec un risque réel de concurrence sur d’autres produits électroniques. « Le format tout-en-un des tablettes se traduira par la canibalisation des autres appareils électroniques grand public tels que les lecteurs [de livres électroniques], les consoles de jeu et des lecteurs multimédias, déclare Carolina Milanesi, vice-président recherche chez Gartner. Les mini-ordinateurs portables [netbook, NDLR] vont souffrir le plus fortement de la menace de canibalisation dès lors que le prix de vente des tablettes chutera en dessous des 300 dollars au cours des deux prochaines années. » En revanche, les smartphones ne devraient pas être concernés par le phénomène.

Si le grand public est conquis d’avance, selon le Gartner, les tablettes numériques auront plus de mal à s’imposer en entreprise. Pour l’heure, les employés mobiles restent dépendants de leur notebook et smartphone. La tablette s’inscrirait alors comme un outil complémentaire pour les e-mail, l’agenda, les applications web, voire les présentation à la Powerpoint. Il est certain que l’instantanéité de démarrage et l’ergonomie de l’interface offre un avantage certain à la tablette face à l’ordinateur portable. Néanmoins, pour le moment, les professionnels souhaitant s’équiper devront le faire de leur propre poche. La tablette a visiblement du chemin à parcourir avant d’intégrer l’entreprise…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur