Pour gérer vos consentements :
Categories: DéveloppeursProjets

Dette technique : les équipes peinent à trouver le juste équilibre

La dette technique est le plus souvent contractée pour accélérer le développement de projets logiciels, la révision stricte de la qualité du code source étant remise à plus tard. Qu’en est-il dans la pratique ? La question a été posée à plus de 200 ingénieurs et responsables des technologies (CTO) dans le cadre d’une enquête* promue par Stepsize.

Plus de 60% des répondants interrogés considèrent que la dette technique est à l’origine de bugs qui ralentissent le processus de développement. Or, 58% déclarent que leur organisation n’a pas défini de processus formalisé pour gérer cette dette.

Dans ce contexte, les équipes d’ingénierie consacrent en moyenne 33% de leur temps de travail à la maintenance et à la gestion de systèmes hérités (legacy systems), dont 50% à la seule gestion de la dette technique. Près de 6 heures par semaine, soit près d’une journée de travail hebdomadaire, seraient ainsi dédiées au traitement de la dette technique.

Les développements backend, côté serveur, sont les plus impactés par cette dette (pour 61% du panel). Les développements liés aux applications de navigation et sites web arrivent ensuite (40%), selon les données du fournisseur SaaS basé à Londres.

Qualité du code

Pour gérer cette dette, Jira et d’autres outils de gestion de projets logiciels sont les plus souvent utilisés, devant les solutions de gestion de qualité du code et d’analyse Git. Aussi, plus d’un tiers des répondants utilisent plusieurs outils pour traiter la dette technique.

Des différences d’approche existent entre startups, moyennes et grandes entreprises. Ainsi, 54% des ingénieurs qui exercent pour de grandes structures effectuent des travaux de maintenance sur une base régulière, contre 42% des ingénieurs de startups et d’entreprises de taille moyenne. Les petites équipes décident en fonction des projets.

Il reste à trouver l’équilibre entre la rapidité de livraison applicative que souhaitent les directions métiers, et la nécessaire correction de vulnérabilités dans le code.

*source : Stepsize – « The State of Technical Debt 2021 ».

(crédit photo © Shutterstock)

Recent Posts

Quand le candidat IT idéal n’est pas celui que vous croyez

L'usage de "deepfakes" et d'informations d'identification personnelle volées progresse chez les candidats et usurpateurs patentés…

16 heures ago

Roaming : le menu dans l’Union européenne jusqu’en 2032

La nouvelle régulation sur l'itinérance mobile dans l'UE est entrée en application. Quelles en sont…

16 heures ago

Vers une régulation européenne des cryptoactifs : quelles bases technologiques ?

Les colégislateurs de l'UE ont trouvé un accord provisoire sur trois propositions de règlements touchant…

19 heures ago

Google Cloud ouvre sa région France

Google Cloud dispose d'une région France lancée commercialement fin juin. Une étape indispensable pour lutter…

21 heures ago

Pourquoi FedEx bascule des grands systèmes au cloud

Le transporteur américain FedEx va fermer les 20% restants de ses mainframes dans les deux…

22 heures ago

Cloud de confiance : quelle feuille de route pour S3NS, la coentreprise Google-Thales ?

Sous l'ombrelle S3NS, Google et Thales esquissent une première offre en attendant celle qui visera…

2 jours ago