Pour gérer vos consentements :

Développeurs et Métiers réunis en 2021 ?

En 2021, la forte demande d’applications adaptées au télétravail et à la dispersion des effectifs va pousser les responsables du développement applicatif et les décideurs métiers « hors de leur zone de confort », selon les prévisions de Forrester Research.

Que retenir des réflexions de la société d’études sur le développement logiciel ?

1. Low-code >

En 2021, 75% des grandes organisations utiliseront des plateformes low-code, contre 44% environ en 2020, selon Forrester. « Attendez-vous à voir de nouvelles équipes hybrides émerger, des utilisateurs métiers et des développeurs professionnels créant ensemble des applications à l’aide d’outils low-code basés sur des plateformes natives pour le cloud », a déclaré Jeffrey Hammond, vice-président et analyste principal de Forrester Research.

2. Travail à distance >

En 2021, les entreprises vont conforter leurs politiques de travail à distance.

« Tenir les développeurs à l’écart des réunions virtuelles interminables » pour qu’ils se concentrent sur les développements et l’adéquation avec les attentes des métiers, sera nécessaire. La tendance « mettra particulièrement au défi les organisations des secteurs réglementés », a souligné Forrester. Les équipes ont intérêt à gérer la chaîne de valeur applicative pour disposer « d’informations éclairées sur les données » et de mesures qui soutiennent « la conformité et la gouvernance à grande échelle ».

3. Apprentissage machine >

Selon la société d’analystes, un tiers des professionnels en charge des tests applicatifs s’appuieront davantage sur l’apprentissage machine (machine learning, ML) et d’autres composantes de l’intelligence artificielle (IA) pour renforcer l’automatisation des tests.

Mise à l’échelle

4. « Core apps » dans le cloud >

Remplacer des applications sur site devenues obsolètes par des alternatives en tant que service (SaaS) est une chose. Moderniser les applications principales (core apps) de l’entreprise avec des plateformes cloud et/ou low-code en est une autre, relève Forrester.

En 2021, il est nécessaire de se lancer. Les retardataires risquent d’être distancés par les groupes qui auront initié ce processus et les start-up sans dette technique.

5. Maillage de services >

Les outils de maillage de services (mesh) comme Istio facilitent le suivi et le contrôle des communications entre applications de microservices. Mais les entreprises traditionnelles ne sont pas encore affûtées pour les microservices, et peu disposent de plateformes « éprouvées » en production. Forrester veut croire que la situation va changer en 2021.

(photo via Visual Hunt)

Recent Posts

SAP, Siemens, SonicWall… Les alertes sécurité de la semaine

Quels logiciels faut-il penser à patcher ? Tour d’horizon sur la base des avis de…

12 heures ago

RSSI : les employés, cibles et adversaires ?

Les RSSI du panel F-Secure distinguent cyberattaques et violations effectives de cybersécurité. Les premières ont…

12 heures ago

Chrome – Edge : deux mises à jour, deux trajectoires

Chrome et Edge viennent tous deux de passer en version 90 sur leur canal stable.…

15 heures ago

Applications mobiles : une stratégie d’accès à revoir ?

Productivité, éducation, finance... 63% des apps les plus utilisées sous Android présentent des failles de…

15 heures ago

CIEM : Zscaler se renforce avec le rachat de Trustdome

Zscaler renforce son offre de protection du Cloud public avec l'acquisition de Trustdome, une start-up…

18 heures ago

Ransomwares : la France cède-t-elle « trop facilement » ?

La France, terreau fertile pour les ransomwares car trop bonne payeuse ? Le sujet a…

21 heures ago