Pour gérer vos consentements :

Digital Services Act : quel sort pour les GAFAM ?

Qui entrera dans la catégorie des « plates-formes numériques structurantes » ? C’est l’une des questions sous-jacentes du Digital Services Act.

Entrée en application prévue d’ici à la fin de l’année pour cette législation que porte la Commission européenne. Objectif : réformer le régime de responsabilité des intermédiaires en ligne.

En l’état, c’est la directive de 2000 sur le commerce électronique qui fait foi. Le Digital Services Act est censé la moderniser sur deux volets qui ont fait l’objet d’une consultation publique entre le 2 juin et le 8 septembre :

  • La responsabilité des plates-formes numériques à l’égard des contenus dont elles assurent la publication
  • Les plates-formes que la Commission européenne qualifie de « gatekeepers »

Des précédents antitrust

L’Arcep emploie l’expression « plateformes numériques structurantes » dans sa réponse à la consultation publique. Elle parle aussi de « points de contrôle » ou encore de « passerelles incontournables ». Et en propose la définition suivante.

En toile de fond, la recherche d’un concept plus adapté que celui de la dominance au sens traditionnel du droit à la concurrence.

Le gendarme français des télécoms suggère une régulation ex ante, comme c’est le cas dans le domaine des communications électroniques. L’idée étant de pouvoir imposer « en temps réel » des solutions « proportionnées », en s’appuyant sur la collecte de données.

Au sortir de la consultation publique, la Commission européenne a élaboré une première ébauche de législation. Elle impose aux « plates-formes numériques structurantes » des règles spécifiques, parmi lesquelles :

  • Partager avec des concurrents les données qu’elles souhaiteraient exploiter à des fins de ciblage
  • Ne pas précharger exclusivement leurs propres applications sur des appareils, y compris par l’intermédiaire des constructeurs et/ou des éditeurs d’OS
  • Permettre aux utilisateurs finaux de désinstaller les applications qu’ils ne veulent pas conserver
  • Ne pas exploiter leurs services d’intermédiation pour mettre en avant d’autres de leurs services
  • Laisser les concurrents proposer des produits hors de leur écosystème

Tous ces aspects ont été abordés – ou le sont encore actuellement – dans le cadre de procédures antitrust impliquant les poids lourds américains du numérique.

Illustration principale © © Sergii Figurnyi – Fotolia

Recent Posts

Salaires IT : les experts en cybersécurité et data plébiscités

Le marché de l'emploi IT reste dynamique. Le rapport de force penche en faveur de…

23 heures ago

Data management : Rubrik nomme John Murphy RSSI « Global Field »

Rubrik a recruté John Murphy, ex-décideur IT de BNY Mellon, pour soutenir la sécurité "zero…

1 jour ago

PrintNightmare : Microsoft n’en est pas encore sorti

L'Update Tuesday de septembre comprend une nouvelle livrée de correctifs pour les failles PrintNightmare... et…

1 jour ago

Einstein Automate a un an : où en est Salesforce ?

Il y a un an, Salesforce inaugurait la bannière Einstein Automate. Comment les produits qu'elle…

1 jour ago

SaaS « souverain » : OVHcloud et Talentsoft font cause commune

OVHcloud et Talentsoft, entreprise récemment acquise par Cegid, proposent une offre cloud de gestion du…

2 jours ago

Microsoft a-t-il vraiment éliminé les mots de passe ?

L'option de connexion sans mot de passe se diffuse sur les comptes Microsoft. Mais il…

2 jours ago