Pour gérer vos consentements :

Digital Workplace : vers une force de travail hybride

« Il y a un peu plus d’un an, la pandémie a bouleversé la façon dont des millions de personnes dans le monde entier travaillent, que leurs employeurs y aient été préparés ou non », a déclaré Chris Goettl, directeur gestion produits chez Ivanti. Le fournisseur de solutions de gestion unifiée du poste client et des services d’entreprise, est à l’initiative d’une enquête* anglophone sur le sujet. Quels résultats retenir de ce sondage ?

Si le choix leur était donné, 16% des 1001 professionnels interrogés  opteraient pour un retour au classique travail de bureau, pur et simple.  En revanche, le plus grand nombre (41%) adopterait le travail hybride  (à distance et en présentiel). 39% privilégieraient le télétravail depuis leur domicile. Une minorité (4%)  travaillerait depuis n’importe quel espace couvert en Wi-Fi. A la question « préféreriez-vous avoir la possibilité de télétravailler ou obtenir une promotion ? », plus de 6 sur 10 disent oui au « remote work ».  Enfin, parmi ceux qui anticipent un changement d’employeur l’an prochain, seuls 9% feraient l’impasse sur une offre d’emploi en télétravail à 100%…

Contrôler le (télé)travail

Que revêt cet engouement ? Réduire les frais (pour 48% des répondants), tendre à l’équilibre entre activité professionnelle et vie privée (45%) et éviter les déplacements chronophages (43%) font partie des principaux avantages cités du télétravail. Parmi les inconvénients se trouvent : le manque d’interactions avec les collègues (44%), le déficit d’activité physique (40%) ou encore la crainte d’une collaboration tronquée (26%).

Globalement, à l’interrogation « essayez-vous de résoudre vous-même les problèmes informatiques auxquels vous êtes confronté lorsque vous travaillez à distance ? » 84% répondent par l’affirmative. Mais la « débrouille » a ses limites. Ainsi, les difficultés associées à  la réinitialisation d’un mot de passe d’entreprise (citée par 29% du panel), l’accès à un réseau sans fil (WiFi) (22%) ou encore l’accès aux données corporate (21%) ont le plus souvent impliqué un recours au support IT (pour les équipes qui en bénéficient).

Malgré ces difficultés, 55% des professionnels interrogés considèrent que travailler à distance du bureau l’an dernier a eu un impact positif sur leur moral. D’autres sont moins enthousiastes : 20% se disent « lessivés » par l’expérience et 25% ne se prononcent pas.

Quoi qu’il en soit, « nous entrons dans une nouvelle phase de travail, celle des télétravailleurs et des forces de travail hybride », a souligné Chris Goettl. Selon lui, les organisations ont intérêt à appliquer une stratégie de sécurité Zero Trust pour mieux protéger leurs actifs numériques ainsi que l’accès des équipes distantes aux données.

Vous êtes intéressé par la thématique Digital Workplace ?  Inscrivez-vous à Workplace Paris, deux journées de web-conférences dédiées à des retours d’expérience sur le déploiement de  l’espace de travail digitalisé et aux moyens de le sécuriser.

*source : Ivanti « The Everywhere Workplace » 2021.

(crédit photo via Pixabay)

Recent Posts

Violation de données : une hausse record des coûts

Les coûts liés aux violations de données ont atteint un niveau record entre mai 2020…

5 heures ago

Règlement IA : les GAFAM haussent le ton

L'ITIF, lobby de référence de la tech américaine, livre une estimation de ce que le…

8 heures ago

Windows Server : fin du canal semi-annuel

Les prochaines éditions de Windows Server auront un seul canal stable : le LTSC, avec…

11 heures ago

Pradeo : « Pegasus rend le cyber-espionnage plus accessible »

Les logiciels espions comme Pegasus devraient faire l'objet d'une stricte réglementation, selon Clément Saad, président…

1 jour ago

Google Cloud : vers des API plus stables ?

Critiqué pour la gestion du cycle de vie de ses API, Google Cloud prend des…

1 jour ago

Malwares : les codeurs surveillent leur langage

BlackBerry attire l'attention sur ce qui pousse les concepteurs de malwares à basculer entre langages…

1 jour ago