Pour gérer vos consentements :

Distribution Linux de Microsoft, une évolution pas une révolution

En fin de semaine dernière, la toile comme à son habitude est entrée en ébullition après la publication d’un billet de blog sur Azure Cloud Switch (ACS). Kesako ? Il s’agit d’une brique logicielle pour exploiter au sein du Cloud (Azure en l’occurrence) du SDN (Software Defined Network). L’objectif est de piloter avec un logiciel les éléments réseaux, comme les commutateurs. A cet effet, Microsoft a décidé de construire son propre « software » et une phrase a retenu l’attention des lecteurs : « C’est un système d’exploitation modulaire cross-platform pour les fonctions réseaux du datacenter, élaboré sur Linux. » Ces derniers mots ont sonné l’hallali, la firme de Redmond avait franchi le Rubicon en créant sa propre distribution Linux.

Mais ici point de distribution Linux made in Microsoft pour le grand public, ni d’OS Linux à destination des développeurs. ACS a été réalisé dans le cadre du projet Open Compute sur l’interface d’abstraction du commutateur (SAI pour Switch Abstraction Interface). Plusieurs acteurs participent à l’élaboration de cette interface qui a débuté en juillet 2015 : Mellanox, Dell, Broadcom, Cavium, Barefoot, et Metaswitch. Le système d’exploitation en question est un projet interne qui n’a pas vocation à être diffusé au grand public, a indiqué un porte-parole de l’éditeur américain à notre consoeur de ZDnet. Il souligne qu’ACS est une vitrine de ce que peut faire Microsoft en matière de switch logiciel depuis les équipements physiques. Les questions de virtualisation des fonctions réseaux sont très importantes dans le développement du Cloud.

Pour autant, cet emballement montre que Microsoft continue à participer à l’Open Source et à Linux en particulier. Il faut dire que cet OS est devenu incontournable dans le domaine du Cloud et du datacenter. Les initiatives OCP, OpenStack, ou plus récemment les travaux commun avec Docker le démontrent. Sans oublier que Microsoft se situe dans le top 20 des contributeurs aux développements du noyau Linux. Satya Nadella, CEO, a impulsé un peu de vent nouveau en jetant des ponts vers les environnements Open Source.

A lire aussi :

Un guide pour sécuriser les postes de travail Linux

Linux 4.2 : une édition centrée sur le hardware

crédit photo © reynante

Recent Posts

L’utilisateur d’un logiciel commercial peut-il le décompiler ?

L'acquéreur d'un programme informatique peut-il le décompiler sans autorisation de l'auteur ? La CJUE a…

5 heures ago

DSI : 3 perspectives pour 2022

Orienter l'investissement vers des initiatives technologiques "centrées sur l'humain", c'est l'une des tendances promues par…

6 heures ago

Apple Silicon : quelle logithèque après un an ?

Bientôt un an que les Mac M1 sont sur le marché. Le cas d'Adobe illustre…

8 heures ago

SASE : Kaspersky rachète Brain4Net pour booster son offre XDR

Kaspersky va intégré le modèle SASE orchestré de Brain4Net dans sa future plateforme XDR.

10 heures ago

Oniro : un relais en Europe pour l’« anti-Android » de Huawei

La fondation Eclipse accueille Oniro, branche européenne d'un projet d'OS multinoyau dont Huawei est le…

13 heures ago

RGPD : Max Schrems et Edward Snowden critiquent son efficacité

Quelle réalité pour la protection des données personnelles sous l'ère RGPD ? Edward Snowden et…

1 jour ago