Pour gérer vos consentements :
Categories: Régulations

La diversité est aussi en panne au sein de Twitter

Après Google, LinkedIn, Yahoo et Facebook, Twitter publie ses statistiques de diversité. La sous-représentation des femmes et des minorités ethniques est une constante chez les grands acteurs américains du numérique. Le réseau de microblogging n’y échappe pas. « Nous sommes parfaitement conscients que Twitter fait partie d’une industrie qui est marquée par d’importants déséquilibres en matière de diversité. Et nous ne faisons pas exception », a reconnu Janet Van Huysse, vice-présidente en charge de la diversité et de l’inclusion, dans un billet daté du 23 juillet .

30% de femmes employées par Twitter

L’effectif mondial de Twitter – plus de 3 000 personnes – est constitué à 70% d’hommes et à 30% de femmes, soit une répartition quasi similaire à celle publiée par Google et Facebook. Les femmes sont encore moins nombreuses parmi les dirigeants (21% de femmes vs. 79% d’hommes chez Twitter). Dans les métiers IT, le fossé se creuse toujours plus : 90% des informaticiens employés par le réseau social sont des hommes. Seules 10% de femmes sont impliquées. En revanche, la parité est assurée dans les fonctions « non-tech » (administration, marketing, RH, etc.) parfois moins rémunératrices.

Google a été le premier, le 28 mai 2014, à publier ce type de statistiques en indiquant que 70% de ses 50 000 employés dans le monde sont des hommes, le plus souvent blancs. Chez Google comme chez Twitter, ils sont 72% à détenir le leadership aux États-Unis où les statistiques ethniques sont autorisées. Comme dans d’autres entreprises américaines de haute technologie, les personnes qui déclarent une origine asiatique constituent la minorité la plus représentée (29% de l’effectif américain du réseau de microblogging, 34% dans les métiers IT). Les autres minorités ethniques forment collectivement 12% de l’effectif américain de Twitter, mais ne franchissent pas les 3% séparément…

Pour expliquer cette situation, les entreprises du numérique mettent l’accent sur la pénurie de main-d’oeuvre féminine qualifiée pour les emplois techniques. Elles sont encore trop peu nombreuses à opter pour un cursus en ingénierie ou en sciences et technologies. Aux États-Unis, seuls 12 à 18% des jeunes diplômés IT sont des femmes. Et les plus déterminées se heurtent au plafond de verre près du sommet de la hiérarchie. Pour y remédier, Twitter, Google et consorts se sont engagés à promouvoir la diversité et investissent dans des programmes de formation et apprentissage au féminin, dont « Girls who Code ».


Lire aussi

Facebook, Linkedin et Yahoo en manque de diversité et de mixité

Technologies de l’information : où sont les femmes ?

Recent Posts

Budgets IT 2023 : 3 priorités pour les PME

Cybersécurité, applications métiers et cloud... Confrontées à l'augmentation du risque cyber, les entreprises de taille…

5 heures ago

Règlement IA : l’UE avance sur le sujet de la responsabilité

La Commission européenne propose de moderniser le cadre de la responsabilité civile pour l'adapter, entre…

6 heures ago

Sécurité cloud : Zscaler acquiert ShiftRight plus de 25 M$

En s'offrant ShiftRight, Zscaler étend les capacités d'automatisation des workflows de sécurité de sa plateforme…

10 heures ago

MIRIS : alliance au CAC 40 pour une « mutuelle cyber »

Destinée à couvrir exclusivement le risque numérique, MIRIS réunit des entreprises allemandes, belge et françaises,…

12 heures ago

Virtualisation, cloud et data : Citrix et Tibco fusionnent (enfin)

Citrix et Tibco bouclent leur accord à 16,5 milliards $. Leur holding Cloud Software Group…

14 heures ago

Cybersécurité : que nous enseigne la vision des hackers éthiques ?

Choix des outils, techniques privilégiées, points sensibles ciblés... Des hackers éthiques ont livré leur vision…

3 jours ago