Docker s’invite dans le cloud de Google

CloudVirtualisation

La technologie Docker, qui simplifie l’exploitation de conteneurs au sein de Linux, fait l’objet de toutes les attentions de la part de Google, que ce soit sous LXC ou lmctfy.

Dès le lancement officiel de son offre de cloud public Compute Engine, Google avait laissé la porte ouverte aux alternatives à la virtualisation classique, comme les conteneurs (voir « Cloud : Google Compute Engine sort de sa phase de test, tous les tarifs »).

La firme poursuit aujourd’hui ses efforts en faveur de techniques simplifiées de virtualisation, via l’intégration de CoreOS dans les solutions de base de son offre Compute Engine. CoreOS est un système d’exploitation Linux allégé, conçu pour spécifiquement pour les conteneurs LXC. Il se veut très proche du système de packaging Docker, lequel permet de faciliter l’utilisation de conteneurs au sein de Linux.

La concurrence s’organise… même chez Google

Si Google semble converti à la vague Docker, son adhésion à CoreOS (et LXC) est loin d’être aussi complète. La firme propose ainsi son propre OS dédié aux conteneurs, créé sur une base Debian 7. L’agent Docker est intégré par défaut à cette offre, ainsi qu’une couche open source de gestion des conteneurs. Cette solution devrait par la suite proposer des outils permettant de faire remonter des mesures sur l’utilisation des conteneurs (plus de détails ici).

Une offre stratégique pour Google. Joe Beda, ingénieur au sein de la Google Cloud Platform, explique ainsi que l’ensemble des services de Google fonctionnent au sein de conteneurs Linux. Plus de 2 milliards de conteneurs sont ainsi démarrés chaque semaine chez Google. Il est à noter que ces derniers ne s’appuient pas sur LXC, mais sur lmctfy, un projet mis au point par la firme.

Les développeurs adoptant le Google Cloud auront donc le choix entre deux options : CoreOS (sur base LXC ?) ou une offre 100 % Google. Le support de Docker restera toutefois le point commun entre ces deux solutions.


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – VMware et la virtualisation


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur