DockerCon : ce qu’il faut retenir de l’édition 2018

CloudOrchestrationServeursVirtualisation

Docker Enterprise Edition s’enrichit de fonctions d’administration axées sur les déploiements en environnements hybrides. Kubernetes est pris en charge.

L’intérêt des industriels pour l’internet des objets (IoT) et ses plateformes logicielles permettant de gérer, analyser et contrôler les données générées par des capteurs placés sur leurs équipements est bien réel. Toutefois, aucun fournisseur de l’IoT industriel (IIoT) ne peut encore prétendre au statut de « leader », selon l’analyse de Gartner.

La société d’études a récemment livré son premier Magic Quadrant (payant) des plateformes dédiées à l’IoT industriel. CRN s’en est fait l’écho. Les fournisseurs ont été évalués en fonction de l’étendue de leur vision et de leur capacité à la mettre en oeuvre.

Il n’y a ni « leader », ni « challenger » dans ce Carré. En revanche, trois plateformes sortent du lot :

ThingWorx, Lumada, Leonardo

1. PTC, l’un des trois « visionnaires » du Quadrant, séduit Gartner avec sa plateforme ThingWorx. Elle est proposée sur site (on-premise), dans le cloud ou en mode hybride.

Ses atouts : la place de marché (marketplace) associée à ThingWorx. Le fournisseur américain tire également parti de partenariats et d’investissements dans l’IIoT et le Cloud réalisés auprès d’acteurs tels que Microsoft, AWS et GE Digital (avec sa plateforme Predix).

Les défis : il manque encore à PTC une base installée de clients dans les secteurs des transports et des services publics, relève le cabinet d’études américain.

2. Hitachi. L’industriel japonais a développé la plateforme Lumada. Celle-ci peut être déployée sur site ou être hébergée dans le cloud (AWS, Google Cloud, Microsoft Azure).

Ses atouts : les capacités de calcul à la périphérie du réseau de la plateforme Lumada.

Les défis : l’absence de marketplace permettant l’accès à des applications tierces.

3. SAP a étendu les capacités de son système Leonardo au-delà de l’IoT.

Ses atouts : des capacités éprouvées permettant d’enrichir les technologies opérationnelles (OT), ou systèmes de contrôle industriel, de capacités IoT.

Les défis : une offre plus orientée vers les clients existants de l’éditeur allemand du fait de la forte intégration avec ses propres solutions middleware et d’entreprise.

Accenture (CPaaS), IBM (Watson pour l’IoT), Oracle et Software AG (Cumulocity), eux, sont considérés par Gartner comme des acteurs de niche de ce marché en devenir.

Atos (Codex IoT), Altizon (Datonis), QiO (Foresight), Flutera (Cerebra) le sont également. Et la marge de manoeuvre de ces fournisseurs reste importante.

En effet, selon Gartner, les plateformes IoT sur site (on-premise) dotées de capacités de calcul à la périphérie du réseau (edge computing) devraient représenter 60% du marché des solutions analytiques de l’IoT industriel à horizon 2020. Contre 10% aujourd’hui.

(crédit photo © MNBB Studio-Shutterstock)

Lire aussi :