Documation : 20 ans d’ECM et une santé de fer

Logiciels

Une bonne surprise sur le salon Documation, les enjeux de la gouvernance documentaire sont de retour dans les objectifs des entreprises.

Il était à craindre que l’édition 2013 de Documation (20 et 21 mars à Paris) soit à l’image des salons qui se sont enchaînés ces dernières années : terne et plein de désillusions. Mais une surprise nous attendait lors de notre visite : la satisfaction des exposants qui nous ont accueillis. Un rapide sondage auprès d’eux, qui n’a d’autre valeur que d’être un instantané pris sur le vif, le confirme. Et son explication est simple, les clients sont de retour !

Certes, tous les exposants n’affichent pas le même ressenti. Mais il semblerait que les visiteurs ont marqué un véritable intérêt pour les technologies d’ECM (Enterprise Content Management), et engagé des discussions qui nous ont été présentées comme concrètes. Même s’il est trop tôt pour y voir une tendance durable, nos interlocuteurs se sont montrés optimistes. Il était temps !

Au rythme de la donnée

La gestion du document et de l’information est plus que jamais au coeur des préoccupations des organisations. Et le numérique n’est plus incontournable… il est de tous les projets, ce qui ne se discute plus. Dans les faits, les grands acteurs du traitement physique du papier font profil bas, à l’exception des fabricants d’imprimantes qui font de la résistance avec leurs solutions d’intégration des flux documentaires et leurs scanners. Ces derniers viennent rappeler que la dématérialisation affiche désormais une relative maturité, profitant d’un environnement règlementaire qui devient enfin plus favorable.

Les IT pour consommer la donnée

Dans le même temps, Documation a renouvelé sa garde-robe pour prendre les atours de l’innovation. Il faut dire qu’il est bien aidé par trois tendances majeures : le cloud, le big data et la mobilité.

  • Le cloud devient un support des services de gestion du documents, pour consommer autrement, réduire les investissements, accéder à des services dont le coût en ‘on premise’ serait prohibitif.
  • Le big data en tant que plateforme d’unification des sources de données en vue d’en démultiplier et accélérer le traitement.
  • La mobilité, pour considérer l’accessibilité à l’information à tout moment et quelque soit éventuellement l’appareil utilisé. Mais également, et cela commence à se démocratiser, pour la saisie de documents en mobilité, donc hors des outils aujourd’hui classiques de dématérialisation du document.

Renforcer l’existant

Enfin du côté des nouveautés, certes les acteurs français de l’ECM ont pour habitude de profiter de rendez-vous annuels pour faire des annonces. Pour autant, pas réellement de grandes annonces sur cette édition de Documation. Attention, cependant, à ne pas prendre cela pour un endormissement des éditeurs… Ce serait plutôt la preuve que les solutions proposées ont accumulées au fil des années les fonctionnalités qui leur ont permis d’atteindre un haut niveau de maturité.

Voilà pourquoi, côté annonces, les nouveautés sont plutôt périphériques et viennent compléter les plateformes. A moins que le niveau de complexité des solutions rende difficiles des évolutions technologiques majeures. En réalité, et nous rejoignons ici les tendances évoquées plus haut, c’est dans notre façon de consommer les solutions d’ECM qu’il faut rechercher d’éventuelles révolutions.

Cela est d’autant plus important qu’entre le cloud et la mobilité, la barre d’accès aux solutions de gestion de l’information, qui était fixée très haute, commence à s’abaisser. C’est un immense marché de PME et d’entreprises de taille moyenne qui s’ouvre aujourd’hui. Et de toute évidence, quelques patrons de ces entreprises ou leurs partenaires ont fait le déplacement sur Documation. Une bonne nouvelle qui restera à confirmer dans les carnets de commande.


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur