Pour gérer vos consentements :

Données Cloud stockées hors US : Microsoft fait appel

Nouvel épisode dans le bras de fer qui oppose Washington à Microsoft depuis des mois. L’éditeur a fait appel lundi d’une décision de justice confirmant la possibilité pour le gouvernement américain d’exiger l’accès aux données de messagerie d’un client stockées dans son datacenter en Irlande, à Dublin. L’argument de Microsoft : le Congrès américain n’a pas autorisé le principe d’extraterritorialité sur les mandats émis depuis les États-Unis.

Le groupe dirigé par Satya Nadella veut ainsi démontrer que les données localisées hors du territoire américain sont à l’abri de la surveillance du gouvernement US et de ses agences de renseignement, NSA en tête. Mais pour Washington, le 4e amendement de la Constitution des États-Unis relatif à la protection contre les perquisitions et saisies non motivées, ne s’applique pas au Cloud computing. Le mandat doit par conséquent être appliqué.

Une fiction signée Microsoft pour convaincre

Dans un document à l’attention de la cour d’appel de district sud de New York, Microsoft s’interroge sur la réaction que pourraient avoir les États-Unis si une telle décision était prise par un gouvernement étranger. La firme de Redmond n’hésite pas à proposer un scénario dans lequel la police allemande enquêterait sur une fuite présumée d’informations relatives à la Deutsche Bank dans la presse. L’Allemagne obtiendrait, sous mandat, des lettres privées d’un journaliste du New York Times stockées dans les locaux de la filiale américaine de la banque à Manhattan…

Un tel scénario ne manquerait pas d’essuyer les foudres des États-Unis attachés à leur souveraineté et, dans une moindre mesure, aux conventions internationales. Si le gouvernement américain l’emporte sur ce dossier, « comment peut-il se plaindre si des agents étrangers exigent d’entreprises de haute technologie de télécharger des messages électroniques stockés aux États-Unis ? », s’interroge  Brad Smith, conseiller juridique de la firme de Redmond, dans un billet de blog. La question, ajoute-t-il, n’a pas encore été abordée par le Département de la justice (US DOJ). Pour Microsoft, les autorités américaines devraient s’appuyer sur le « traité d’assistance judiciaire mutuelle » conclu avec l’Irlande pour régler ce dossier lié à une affaire de stupéfiants.

La réponse de Washington aux arguments de Microsoft est attendue d’ici début mars prochain.

Lire aussi :
Accès aux données Cloud hors US : Microsoft sous la pression du FBI
Données Cloud hors US : Microsoft passible d’outrage au tribunal

Recent Posts

Sauvegarde et restauration : Veeam dévoile la v12

Veeam dévoile la mise à niveau de son offre Backup & Replication (v12) et dévoile…

10 heures ago

Phishing : LinkedIn concentre plus de la moitié des tentatives dans le monde

Les utilisateurs du réseau social professionnel sont des cibles de choix pour les campagnes de…

11 heures ago

Cloud : Microsoft prêt à lâcher du lest sur le marché européen

Visé par une plainte d'OVHCloud, notamment, Microsoft se dit prêt à faire des concessions sur…

12 heures ago

Google Russie anticipe le dépôt de bilan, migre des employés vers Dubaï

La saisie du compte bancaire de Google Russie rend intenable le fonctionnement de son bureau…

15 heures ago

RGPD : vers une nouvelle méthode de calcul des amendes

Le Comité européen de la protection des données (CEPD) a adopté de nouvelles lignes directrices…

17 heures ago

Qui utilise (vraiment) les outils low code et no code ?

Près de 5 développeurs sur 10 utilisent des outils low / no code. Mais pour…

1 jour ago