Dossier : l'open source au centre de l'offre logicielle de Sun

Logiciels

Dans ce dossier, nous allons faire le tour des technologies ‘open source’ les plus populaires de Sun Microsystems. Cet article sur 8 pages est émaillé de commentaires des responsables de la compagnie

Chapitre 4 : Java, le produit phare de Sun

Nous avons abordé l’ensemble du volet Java avec Alexis Moussine-Pouchkine, ambassadeur Java chez Sun Microsystems France. Java est le symbole de la réussite du modèle de la compagnie : créé à partir de zéro, il est devenu un langage de programmation et une plate-forme de développement majeurs.

Java a énormément évolué en très peu de temps : sa conversion vers le modèle open source est aujourd’hui complète et des changements profonds lui permettront de devenir une véritable plate-forme multi-langages. De nombreuses initiatives visent enfin à rendre Java plus moderne.

« Aujourd’hui, il n’y a plus de différences entre le JDK et l’OpenJDK », confirme Alexis Moussine-Pouchkine. « Seul le niveau de support change : le JDK profite d’une intégration proactive des patches, d’une protection juridique et d’un support qui permet d’utiliser une version de Java en production pendant 10 ans. »

alexismoussinepouchkine.jpg

Grâce à Java 6 Update 10, cette plate-forme est devenue plus légère. Un téléchargement instantané, une installation en quelques secondes, un lancement des applications enfin rapide, Java se modernise à toute vitesse.

Avec JavaFX, elle devient également plus « jeune ». Mais ce n’est pas tout : le JWebPane, un composant HTML basé sur le WebKit, fait son apparition. SwingX permet pour sa part d’ajouter des composants graphiques modernes à Java. « Les employés de Sun sont de gros utilisateurs de SwingX. Les composants les plus populaires sont ou seront intégrés à la version officielle de Java », ajoute Alexis Moussine-Pouchkine.

Java s’ouvre aux nouveaux langages de programmation

Face à l’offensive de .NET, Java se devait de réagir. La grande force de .NET est d’être utilisable à partir de multiples langages de programmation, alors que la programmation pour la plate-forme Java ne peut se faire… qu’en Java. Les développeurs ont toutefois commencé à corriger le tir avec Java 6, paru en décembre 2006. La plate-forme intègre alors les technologies nécessaires à la création de langages de scripts.

Avec Java 7 – dont la sortie est prévue pour fin 2009 – un bytecode spécifique permettra non plus d’ajouter des langages de scripts, mais carrément de créer des langages dont le code sera compilé à la volée. Les performances ne seront pas aussi bonnes qu’avec le langage Java, mais les développeurs promettent une vitesse de fonctionnement plus que correcte.

In fine, Java et .NET vont se rapprocher. Java était multi-plates-formes, mais mono-langage et .NET multi-langages et mono-plate-forme. Avec Java 7 (d’une part) et Mono (d’autre part), les deux environnements deviennent multi-langages et multi-plates-formes. Un bon point pour les développeurs.

Le serveur d’applications GlassFish, qui connait un succès croissant, profitera bien évidemment de cette évolution vers le mode multi-langages. Encore un avantage qui permettra à l’offre middleware Java de progresser.

NetBeans, le complément naturel de Java ?

NetBeans est un environnement de développement Java tout-en-un (IDE pour Integrated Development Environment). Contrairement à Eclipse, il propose une foule de technologies accessibles gratuitement et intégrées en standard à l’IDE : création d’interfaces graphiques desktop ou mobiles, support UML, profiler, etc.

Avec la version 6, NetBeans est devenu un outil multi-langages. Cette nouvelle orientation se confirme avec NetBeans 6.5 : JavaScript, Ruby, Python, PHP… tout le monde du développement web est couvert. Le déploiement sur des serveurs web est simplifié au maximum et le pilotage des bases de données MySQL (locales ou distantes) est possible. D’autres bases de données seront supportées ultérieurement.

Bref, NetBeans se veut l’outil ultime pour le développement web. Ce choix ne doit rien au hasard : les développeurs s’adaptent ainsi aux versions courantes de Java 6 et GlassFish, qui supportent Ruby et Python et peuvent interagir avec du code JavaScript. Ils préparent également le terrain pour Java 7, qui acceptera de multiples nouveaux langages, dont les plus stratégiques seront ceux adaptés aux applications web.

NetBeans était un IDE idéal pour le langage Java. Aujourd’hui, il devient un IDE idéal pour la plate-forme Java. Une nuance de taille, pour cet outil qui commence à s’imposer auprès des développeurs.

Les prochaines versions de cet environnement de développement mettront également l’accent sur le développement Java FX, avec un outil de création d’interfaces graphiques. Elles feront aussi la part belle à la programmation d’extensions pour OpenOffice.org.

Java va donc commencer à se rapprocher d’autres solutions open source siglées Sun Microsystems. En fait, en y regardant de plus près, l’interaction entre les produits de la compagnie est déjà possible, mais quelquefois passée sous silence. GlassFish peut ainsi fonctionner en tant que service OpenSolaris et NetBeans peut utiliser des sondes DTrace pour la mise au point des logiciels.

Retour au sommaire

Lire aussi :

Avis d'experts de l'IT