DOSSIER : protéger les données des postes nomades (II)

Réseaux

PC portables, smartphones, tablettes… Protéger les données lors d’une utilisation nomade reste une nécessité impérieuse, mais toujours délicate

L’utilisation des postes mobiles se banalise. Mais les procédures de sécurisation des données souvent ne suivent pas… Comme le montre diverses études,  le décalage reste considérable entre les intentions et la réalité des solutions mises en place -et leur fiabilité.

Aux contraintes de l’environnement (poussière, humidité) s’ajoutent celles du transport – chutes, chocs-, et tout simplement du risque de perte ou de vol. Et de fait, on assiste de plus en plus à des situations de pertes et de vols de données sur des appareils mobiles en entreprise.

1 -La protection de données en mode nomade, quelles contraintes?
2 -Les différentes stratégies de protection des données mobiles à envisager
3 – Les solutions de protection de data nomades (sélection)
4 – Les solutions fournies avec les instances de stockages externes

__________

1 -La protection de données en mode nomade, quelles contraintes?

Cette croissance de pertes de données est en grande partie due à trois facteurs.

L’explosion de la mobilité

Le nombre d’employés travaillant à distance est en constante augmentation. De fait, pour la première fois dans l’histoire de l’informatique, les fabricants livrent plus d’ordinateurs portables que d’ordinateurs fixes aux clients. Et les risques de perte d’information augmentent quand les ordinateurs portables sont d’une manière ou d’une autre non reliés au réseau.

Le manque de politiques de sécurité dans les entreprises

Les procédures qui consistent à rendre les utilisateurs nomades responsables du téléchargement sur le réseau des fichiers modifiés peuvent paraître efficaces, mais elles sont rarement utilisées, et au final produisent peu de résultat concret. La conséquence de cela est que des informations d’importance restent bloquées sur les disques durs des ordinateurs portables des utilisateurs, même si l’accès réseau est proche.

Utilisateur nomade, confiant, pas insouciant... (source: HP DPNE)
Utilisateur nomade, confiant, pas insouciant… (source: HP DPNE)

Le peu de sensibilisation des utilisateurs

De fait, il faut constater que les professionnels dans leur ensemble se soucient assez peu des problématiques de sauvegardes de leurs données stockées en mode local, à l’exception peut être des membres de la DSI. Il faut ajouter, pour leur défense, que les formations professionnelles sur ce thème sont rares. Ainsi, un champs stratégique de la sécurité l’entreprise, par ailleurs d’une vraie complexité technique, n’est quasiment pas détaillé aux utilisateurs. Et ce sont ces mêmes utilisateurs qui seront comptés comme responsables en cas d’incident liés à la sauvegarde. Fort heureusement, il faut constater que la méconnaissance des professionnels vis à vis de la sauvegarde tend à se réduire.


Dès lors, qu’il s’agisse d’un ordinateur portable ou d’un ‘smartphone’, les appareils mobiles laissent courir le risque aux entreprises et à leurs employés d’une perte irréversible de données.
Certes, en cas de disque dur endommagé, il sera toujours possible de faire appel à un spécialiste pour récupérer les données ; mais le coût d’une telle opération est bien trop souvent prohibitif.

Mieux vaut prévenir que guérir

Selon une étude récente de Pepperdine University, les défaillances de disques dur sont à l’origine de 70% des pertes de données, et chaque récupération de données coûte en moyenne plus de 2000 euros. Pire, dans les cas ou les informations ne peuvent pas être récupérées, les entreprises courent le risque de ne plus répondre aux contraintes légales de conservation des données, mais aussi de perdre tout simplement des informations stratégiques.

Mieux vaut alors prévenir que guérir, et faire appel à des solutions de sauvegarde des données qui permettent de les recopier depuis une autre instance en cas d’accident.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur