Régulations

Dossier Dell : chronique d’une sortie de Bourse

0 0

Retour sur 8 mois de tergiversations et de batailles, avec en conclusion la sortie de Bourse de Dell. Michael Dell voit sa position renforcée. Reste maintenant à transformer le business model d’un constructeur en difficultés.

Tout a commencé en janvier 2013, avec une rumeur relayée par Bloomberg : Dell serait en passe de quitter le Nasdaq. Une sortie de Bourse menée à l’initiative du créateur et CEO de la société, Michael Dell, lequel souhaite ainsi se préserver des aléas du marché du PC, bousculé par les terminaux mobiles.

Début février, l’annonce est confirmée : Michael Dell va bien tenter une opération de rachat à effet de levier (LBO), d’un montant estimé à 23, puis 24,4 milliards de dollars, soit 13,65 dollars par action. Pour cette opération, l’homme d’affaires sera aidé par le fonds d’investissement Silver Lake Partners et par Microsoft.

Grains de sable

Michael DellToutefois, cette sortie de Bourse n’est pas du goût de tous. Peu après l’annonce faite par le CEO de la firme, Southeastern Asset Management, détenteur de 8,5% des actions Dell, affiche son désaccord. Début mars, ce sera au tour de Carl Icahn, 26e fortune mondiale et détenteur de 5 à 6% des actions, de s’opposer à l’opération.

Des doutes commencent alors à poindre. Michael Dell pourra-t-il résister à la fronde de ces actionnaires influents ? Le CEO de la firme tente de défendre son projet.

Petite éclaircie pour le fondateur du constructeur texan, le fonds d’investissement Blackstone retire sa contre-offre à 14,25 dollars l’action courant avril. Reste celle de Carl Icahn, à 15 dollars par action.

Carl Icahn se voit déjà en vainqueur

Carl IcahnMi-mai, Carl Icahn et le fonds Southeastern Asset Management proposent une alternative conjointe : verser aux actionnaires 12 dollars par action et maintenir la cotation sur une partie de la société. Les mauvais résultats trimestriels du constructeur donnent du poids à cette offre. Carl Icahn se voit déjà aux commandes (financières) de la firme texane.

La saga continue : Michael Dell ne veut pas relever son offre, qui reste à 13,65 dollars par action. La réunion d’actionnaires est prévue pour le 18 juillet. Quelques jours avant, Carl Icahn relève sa contre-offre « alternative » à 14 dollars par action. Michael Dell trouve la parade : il reporte le vote au 24 juillet…

Une guerre entre deux hommes… et deux visions

Le mano à mano entre les deux hommes continue. Michael Dell repousse encore une fois l’assemblée d’actionnaires, au 2 août. En partenariat avec Silver Lake, il relève son offre à 13,75 dollars par action… sous conditions. Une offre rejetée. Peu importe, quelle que soit l’issue du combat, Michael Dell ne compte pas lâcher son poste de CEO.

Le vote est reporté au 12 septembre. Dans l’intervalle, un accord est signé sur la base de 13,75 dollars par action, plus un dividende exceptionnel de 13 cents par action. Dans le même temps, Carl Icahn renforce sa participation dans Dell. Il détient alors 8,9% des actions.

… Et les résultats de Dell continuent à plonger : « Résultats : Dell voit son bénéfice net chuter de 72% ».

Dell entre dans l’ère de l’après-Bourse

Coup de théâtre début septembre : Carl Icahn retire son offre et jette l’éponge. L’offre de Michael Dell, à 13,75 dollars par action plus 0,13 dollar de dividende exceptionnel, s’impose alors sans peine, le jeudi 12 septembre 2013. Total de l’opération : 24,9 milliards de dollars.

Que va-t-il advenir de la société ? Notre journaliste Yves Grandmontagne tente de répondre à cette question, dans un article détaillé, séparé en trois parties. De son côté, notre autre journaliste José Diz a rencontré Emmanuel Mouquet, vice-président et directeur général de Dell France, qui précise les plans du constructeur.


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Connaissez-vous l’histoire de Dell ?