Régulations

Dossier spécial : EMC World 2007

0 0

Retour sur les principales annonces du rendez-vous annuel du géant du
stockage. En direct d’Orlando…

Page 1 :Stocker : 1 ‘zetta- octets’

Page 2 : L’état de l’art du stockage Page 3 : Priorité à l’écosystème? Page 4 :Consolider par petites touches? Page 5 :Notre stratégie n’est pas d’avoir tout dans notre portefeuille? Page 6 : Documentum oriente son ECM 2.0 vers SOA Page 7 : Cisco et RSA (EMC) s’allient pour protéger les ‘data’ Page 8 : Le géant du stockage au mieux de sa forme

Stocker : 1 ‘zetta-octets’ d’information serait issue d’un cercle vertueux qui se développe à un rythme exponentiel… A l’occasion d’EMC World 2007, voici un point sur l’évolution de l’offre, la stratégie d’infrastructure et les annonces du géant mondial du stockage de données

Dans son discours d’introduction, Joe Tucci, l’homme qui a fait d’EMC le géant incontesté du stockage de données, est revenu sur ce concept de cercle vertueux de l’information, à la base de la stratégie du groupe.

Il débute bien évidement avec les créateurs de l’information, entreprises ou administrations, mais aussi de plus en plus les particuliers, pour arriver rapidement au c?ur de son métier premier, la centralisation du stockage de l’information et les processus qui y sont associés.

Mais cette vision est devenue trop limitée, car les acteurs de ce marché doivent désormais prendre en compte l’usage de cette information, qui se traduit en particulier par les supports sur lesquels elle s’affiche : ordinateurs, tablettes Internet, PDA, téléphones mobiles, etc. C’est sans doute là plus qu’ailleurs, du côté de l’utilisateur, que l’industrie se doit de ” révolutionner” son approche du stockage.

Car il faut désormais prendre en compte un phénomène nouveau: l’accès à l’information crée de l’information. Et le cercle vertueux se referme.

988 milliards de giga-octets en 2010

Ce cercle vertueux implique deux phénomènes : la réduction des coûts, et dans le même temps la multiplication des utilisateurs et des besoins. Concrètement, cela se mesure à la quantité d’information créée.

EMC s’est livré, avec la contribution d’IDC, à la délicate mesure de cette information. En 2006, l’information créée, capturée et répliquée dans le monde serait de 161 ‘exa- octets’. Soit le nombre 161 suivi de 18 zéros ! Cela représenterait l’équivalent de trois fois la totalité de tout ce qui a jamais été écrit dans les livres !

La progression annuelle a été de 60 % depuis 2001. Et pour IDC, ce volume devrait atteindre 988 ‘exa-octets’ en 2010, soit près de 1.000 milliards de ‘giga-octets’ ou 1 ‘zetta octet’ ! Des volumes vertigineux qui nécessitent désormais l’usage d’un nouveau langage pour les mesurer.

La répartition de cette information a été en 2006 de 150 milliards de giga-octets pour les images numériques issues des appareils photo et caméras, 100 milliards pour les images sur les téléphones, 1,6 milliard dans les messageries, 800 millions sur Internet et 3 milliards pour le téléchargement de musique.

Et en 2010, cette répartition sera de plus de 300 milliards de giga- octets pour les images numériques issues des appareils photo et caméras, plus de 200 milliards pour les images sur les téléphones, 2 milliards dans les messageries, 1,3 milliard sur Internet et 26 milliards pour le téléchargement de musique.

De nouveaux modèles pour consommer l’information

MySpace, YouTube, SecondLife… les modèles de consommation, mais également de création de l’information évoluent. Ainsi, 70 % de l’information serait désormais créée par des individus, et non plus par des organisations.

Cependant, 85 % de l’information relèverait de la responsabilité d’organisation pour la sécurité, le respect de la vie privée, ou le respect des règles de ‘compliance’. L’information est donc surtout privée, mais sa publication relève généralement du domaine public?

Joe Tucci, CEO d’EMC lors de son ‘keynote’ d’EMC World 2007