Dossiers

ERP Cloud : un progiciel connecté et automatisé

Basculer son ERP dans le Cloud ne fait plus débat. A condition de savoir dans quel but adopter ce modèle et vers quel type de Cloud se tourner. Avec ses fonctions élargies, l’ERP Cloud n’a finalement plus grand-chose à voir avec son prédécesseur.

Hyperconvergence : pourquoi un tel succès ? pour quels usages ?

 Ces trois dernières années ont vu l’émergence des solutions ou « architectures » convergées puis « hyperconvergées » qui tendent à réduire la complexité de l’exploitation. Aujourd’hui, l’hyperconvergence stricte n’est plus la seule voie de salut. Et priorité est donnée à la souplesse des configurations et aux services. 

Emploi : ces 10 nouveaux métiers créés par l’IA

A contre-courant d’un discours dominant, l’intelligence artificielle crée déjà un grand nombre de métiers à forte valeur ajoutée. Des spécialistes de la donnée mais aussi des experts business qui vont entraîner les modèles de machine learning. Tour d’horizon de ces profils émergents.

Software Defined Storage (SDS): stockage et ROI des performances

Le SDS ( Software Defined Storage) répond à une explosion des besoins en matière de stockage, avec un volume de données non structurées en croissance exponentielle, créant le besoin d’une architecture de stockage scale-out.  Un enjeu majeur pour les entreprises,  avec la promesse d’un retour sur investissement très attrayant.

IoT : une nouvelle donne technologique au service des enjeux business

Les nouvelles générations de capteurs à très basse consommation et les nouvelles architectures « edge » ouvrent une ère nouvelle. Les infrastructures matérielles arrivent à maturité et  la contribution du Big data et du « machine learning » proposent d’autres perspectives.

Métiers du numérique : les tops et les flops de 2017

Les professionnels de la cybersécurité, de la donnée et de la gestion de projet agile ont la cote sur le marché de l’emploi. A l’inverse, le cloud donne un coup de vieux aux métiers de la production. Quels sont les profils gagnants et perdants ? La réponse des professionnels du recrutement.

Les solutions innovantes de Huawei Enterprise

Les solutions innovantes et leaders de Huawei Enterprise couvrent l’infrastructure réseau, les communications unifiées et la collaboration (UC&C), le cloud computing et les datacenters, la sécurité des informations de l’entreprise et les applications industrielles.

Dossier : Raspberry Pi et développement

Depuis quelques années, le Raspberry Pi est devenu un élément incontournable des bidouilleurs en informatique, des geeks en quête d’outils pour s’initier à la programmation, mais aussi des développeurs les plus aguerris. Silicon.fr vous dresse un aperçu des capacités de développement avec le pico-ordinateur.

Docker : déjà bon pour le service ?

Il aura suffi de quelques mois à Docker pour entraîner derrière lui l’industrie IT, mais aussi des grandes entreprises. L’intérêt des conteneurs dans les architectures Cloud ou pour les démarches de continuous delivery explique cet engouement. Même si la technologie conserve quelques défauts de jeunesse.

10 outils Open Source indispensables pour maîtriser le Cloud

Dans le monde du Cloud, assez peu de gens connaissent les noms de OsV ou Salt, Anssible ou Puppet et pourtant l’environnement Open Source dans ce domaine ne se cantonne pas à OpenStack. Il est vrai que ce projet a attiré les lumières avec l’adhésion de plusieurs grands noms de l’IT comme HP, IBM, Red Hat, etc.

Il existe cependant d’autres projets qui sont parfois complémentaires ou concurrents mais qui ont pour vocation d’optimiser les infrastructures et plus globalement la stratégie Cloud. Nous avons ici répertorié 10 outils Open Source qui pourront trouver leur place dans l’arsenal indispensable pour administrer, gérer, piloter le Cloud. Pour une meilleure lecture, nous avons segmenté ces outils en trois thèmes, les OS, les outils de développement et enfin les solutions d’orchestration.

Serveurs : ARM peut-il réellement menacer le x86 ?

La guerre opposant RISC à CISC faisait rage dans les années 1980, une époque où la surface de la puce et sa complexité en termes de conception étaient les principales contraintes et où les ordinateurs de bureau et serveurs dominaient de manière exclusive le paysage informatique. Aujourd’hui, l’énergie et la puissance sont les contraintes de base pour la conception des architectures et le paysage informatique est sensiblement différent : la croissance dans les tablettes et les smartphones fonctionnant sous ARM (RISC ISA) surpasse celle des ordinateurs de bureau et ordinateurs portables exécutant x86 (CISC ISA). En outre, malgré sa traditionnelle faible puissance, ARM ISA a fait son entrée sur le marché des serveurs, tandis que le x86 cible de son côté des appareils mobiles.

Des acteurs de poids tels AMD et HP, qui vient de lancer des cartouches ProLiant embarquant des processeurs ARM (32 bits pour la m800 et 64 bits pour la m400), démontrent que les solutions ARM sont pertinentes pour traiter certaines tâches dans les datacenters, notamment suite à l’explosion des usages Web (qui se traduisent par des requêtes simultanées de millions de terminaux mobiles) et l’essor des services en mode Cloud.

Pour ARM, l’angle d’attaque sur le marché des serveurs est assez clair : viser la réduction de la consommation énergétique. S’agit-il d’un facteur suffisamment disruptif pour entrainer dans son sillage tout ou partie de l’industrie logicielle et hardware (semi-conducteurs et serveurs) dans son sillage ? Le rapport performance par watt est-il réellement à l’avantage de l’architecture ARM (face au x86) ? Comment les acteurs du marché appréhendent-ils l’arrivée de serveurs ARM ?

Le marché et ses acteurs peuvent-ils souffrir d’une rupture alors que l’année 2013 s’est traduite par une baisse des revenus pour les constructeurs de serveurs, synonyme d’investissements en berne pour les acquéreurs potentiels de serveurs ? Autant de questions qui méritent un examen attentif dans notre dossier spécial.

Comment garantir la sécurité du Cloud public

Retentissantes affaires de piratage, pannes médiatisées, risques d’espionnage économique : le Cloud public apparaît comme risqué à plus d’un titre aux yeux d’un DSI. Pourtant, à tête froide, ce type de déploiement ne présente pas, sur certaines plans, plus de risques que des architectures plus classiques. Les pannes, surtout, sont plus fréquentes dans les propres datacenters des entreprises.

D’autant qu’il existe aujourd’hui des bonnes pratiques pour sécuriser ses données placées dans le Cloud public. En commençant par mettre en place une vraie gestion des accès à ces services, via par exemple un outil dédié permettant de centraliser les mots de passe ou via l’emploi systématique de la double authentification. Limiter l’accès à des adresses IP correspondant à l’intranet de l’entreprise constitue une autre façon de limiter les risques. Sans oublier évidemment le cryptage des données déposées dans les nuages. Autant d’exigences qui pousseront l’entreprise à fouiller dans les options des différents fournisseurs.

Au-delà des aspects techniques, sécuriser son Cloud public passe aussi par un certain nombre de démarches vis-à-vis des prestataires, afin de se prémunir d’éventuels dysfonctionnements. Un domaine bien moins balisé, où il faut se frotter aux contrats standardisés des grands prestataires de Cloud américains, aux clauses ubuesques en matière de récupération de données. Des domaines où l’assistance des SSII se révélera bien utile, pour ne pas dire indispensable.

Découvrez dans notre dossier des solutions pratiques pour sécuriser les initiatives Cloud des différents métiers de votre organisation.

Dossier réalisé par Yann Serra

Smart City : déjà un enjeu électoral ?

La Smart City a beau être à l’origine un concept marketing, décliné pour la première fois en 2004 par IBM, elle masque des enjeux bien réels. En prise avec les défis actuels de l’espace urbain. La Smart City vise à optimiser l’utilisation des réseaux d’énergie (électricité, gaz), des ressources naturelles, des moyens de communication traditionnelle (transports multimodaux) et à gérer les données issues des capteurs électroniques, des échanges entre les habitants et avec l’administration, pour améliorer la qualité de la vie des habitants. Bien entendu, la nature et le périmètre des projets dépendent de la taille des collectivités locales qui les mettent en œuvre. Paris, l’île-de-France ou le Grand Lyon développent des programmes importants, en matière de transport ou de stationnement alors que des communautés de communes comme Strasbourg, Nice ou Bordeaux ciblent des projets plus modestes.

Proportion d’habitants vivant en villeen 2013 : 50%Prévision pour 2050 : 70%

Si ces projets sont loin d’être une évidence – ils passent par des remises en cause des organisations en place -, ils sont aussi riche de promesses. Tant pour l’administration, qui trouve là un levier de réduction des coûts, que pour les élus, qui y voient des projets médiatiques susceptibles d’incarner leur passage aux affaires. Et de leur valoir les votes d’une population jeune et fortement connectée. Le tout alors que les retours d’expérience, permettant de baliser le terrain, se multiplient comme le détaille notre dossier.

Dossier réalisé par Serge Escalé

Crédit photo : Natchapon L. / Shutterstock

Tout sur l’arsenal secret des espions de la NSA

Six mois de révélations incessantes. En se basant sur les documents dérobés par le lanceur d’alertes Edward Snowden, la presse mondiale a dévoilé l’ampleur des écoutes sur les communications électroniques de la NSA. Et fait entrer l’informatique mondiale, et particulièrement ses grands fournisseurs américains, dans une ère de soupçon généralisé. Silicon.fr revient sur les multiples capacités technologiques de l’agence américaine.