Droit à l’oubli : Google lance la suppression de liens

RégulationsSécuritéSurveillance

Forcé de se conformer à la loi européenne sur la protection des données, Google commence à supprimer des résultats de recherche à la demande d’internautes.

Moins d’un mois après la mise en ligne d’un formulaire de demande de suppression de résultats de recherche, Google a annoncé jeudi 26 juin avoir supprimé de son moteur les premiers liens vers des informations concernant les demandeurs. La firme de Mountain View se conforme ainsi à l’arrêt rendu le 13 mai par la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) .

Le droit à l’oubli sous conditions

Rappelons-le, l’arrêt de la CJUE confirme l’application de la législation européenne sur la protection des données personnelles. Dans ce cadre, un internaute peut obtenir du moteur de recherche, sous certaines conditions, la suppression de liens « non pertinents, obsolètes ou inappropriés ».

Lors d’une recherche effectuée sur ce type de contenus en Europe, Google alerte ses utilisateurs avec la mention suivante: « Certains résultats peuvent avoir été supprimés conformément à la loi européenne sur la protection des données ». La pratique, déjà utilisée dans le cadre du droit d’auteur, devrait être progressivement associée à toutes les recherches de noms pour éviter d’attirer l’attention sur les contenus réellement désindexés.

Quatre jours après la publication de son formulaire début juin, Google avait déjà reçu 41 000 requêtes. Elles sont étudiées au cas par cas. Et Google, qui coopère avec les autorités en charge de la protection des données, détermine si les liens contestés sont à supprimer.


Lire aussi

Droit à l’oubli : plus de 41 000 demandes en attente chez Google


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur