Pour gérer vos consentements :

Dropbox affine son collaboratif, Box lance sa plateforme

On se rend coup pour coup entre les pure players américains du stockage cloud. Tandis que Box annonce la disponibilité générale d’une nouvelle offre permettant d’exploiter sa plate-forme technologique au sein de n’importe quelle application Web ou mobile, Dropbox dégaine un service collaboratif baptisé Paper.

Ce dernier se positionne à mi-chemin entre un Google Docs et un système de tableau blanc interactif, avec des capacités d’édition temps réel. Il n’est pour l’heure ouvert qu’en bêta, sur demande avec liste d’attente.

Les options de formatage sont peu nombreuses. L’intérêt de la solution réside surtout dans cette possibilité d’ajouter des images et des vidéos depuis un dossier Dropbox – ainsi que depuis des sources externes comme YouTube et SoundCloud.

Quelques formats prédéfinis sont accessibles, comme les listes de tâches. On retrouve également la prise en charge des mentions d’utilisateurs via les arobases (sur le même principe que Twitter) et des commentaires.

Connu en interne sous le nom de code Project Composer, Paper est construit pour partie sur les technologies de HackPad, une start-up américaine dont Dropbox avait fait l’acquisition début 2014.

Box pour tous, tous pour Box ?

Du côté de Box, on s’adresse plutôt aux développeurs. Le directeur de la stratégie Jeetu Patel, fraîchement arrivé de la maison EMC, a officialisé, par une contribution blog, le lancement mondial de Box Platform.

Présentée le mois dernier lors de la conférence BoxWorks, cette offre reprend le socle technologique de Box (gestion de contenu, sécurité, collaboratif…) et permet aux entreprises de l’intégrer dans leurs propres applications, Web ou mobiles.

L’intégration se veut discrète, afin de limiter les frictions liées à l’adoption du cloud. Illustration avec ce mécanisme d’authentification de serveur à serveur qui permet aux applications de gérer la connexion sans intervention des utilisateurs, via un jeton Web JSON associé à des clés de chiffrement RSA.

Box Platform introduit aussi un nouveau profil d’utilisateur « exclusif », en ce sens qu’il est propre à chaque application, avec ses permissions associées. Il s’agit de comptes sans login, qui ne peuvent être exploités que via l’API Box Content.

L’offre Développeur, destinée à tester des applications, est gratuite, avec un maximum de 25 utilisateurs, 50 Go d’espace de stockage et autant de bande passante. Pour passer en mode production avec jusqu’à 100 utilisateurs, 250 Go d’espace disque et la même capacité en bande passante, il faut souscrire à l’offre Entreprise (500 dollars par mois). Plusieurs options sont disponibles ; notamment la gestion avancée des clés de chiffrement.

A lire aussi :

Les trois défis que le Cloud personnel impose aux entreprises
Dropbox étoffe son axe collaboratif avec Clementine

Pavel Ignatov / Shutterstock

Recent Posts

Guardia Cybersecurity School prépare sa rentrée avec CGI

Guardia CS, nouvel acteur sur le marché de la formation cyber post-bac en France, ajoute…

12 minutes ago

Apple répond à l’épisode Pegasus avec un « mode isolement »

Apple intègre à la bêta d'iOS un « mode isolement » optionnel qui restreint les…

56 minutes ago

IBM acquiert Databand.ai : de la data quality à l’observabilité des données ?

Data quality ou « observabilité des données » ? IBM préfère le second terme pour…

3 heures ago

Cybersécurité : la Cnil met les collectivités face à leurs responsabilités

La Cnil adresse une forme de rappel à l'ordre aux collectivités territoriales en matière de…

5 heures ago

Bug Bounty : le Pentagone s’offre (encore) les services de hackers

Six ans après son premier bug bounty, le Département de la défense des Etats-Unis lance…

19 heures ago

Typosquatting de dépendances : gare à cette pratique résiduelle

Des chercheurs attirent l'attention sur une campagne de diffusion de code malveillant par l'intermédiaire de…

22 heures ago