Pour gérer vos consentements :

Dropbox rêve de synchroniser les documents en P2P

Dropbox est-il en train d’élaborer une nouvelle option pour ses services. Un brevet déposé en juillet 2014 et publié le 10 décembre dernier, montre que le service de stockage Cloud s’intéresse de près au partage et à la collaboration sur les documents en mode peer-to-peer (P2P) sécurisé. A travers cette technologie, les utilisateurs peuvent synchroniser les modifications sans passer par les serveurs centralisés de Dropbox.

Or ce système basé sur le Cloud est très utile pour des petits fichiers, mais se révèle compliqué pour le partage entre plusieurs personnes de données volumineuses comme les vidéos ou des photos. Un des moyens pour éviter ces problèmes est de passer par le P2P, comme le montre la popularité du service BitTorrent Sync, né en 2013.

Une synchronisation adoubée par une clé de chiffrement

Avec son brevet, Dropbox a bien l’intention d’éliminer les goulets d’étranglement et accélérer le téléchargement des contenus à partager entre plusieurs personnes. Mais la synchronisation P2P peut être source d’erreur et de conflit quand un trop grand nombre de personnes travaillent sur un même document. Deux chercheurs en sécurité de Dropbox, Jesse Endahl et Antony Mityagin proposent un système de clé de chiffrement (cf schéma). Ce mécanisme sécurise les échanges, mais confirme surtout la bonne version du fichier et comment il doit être synchronisé. Le tout sans conflit pour la synchronisation.

Avec ce brevet, Dropbox entend se rapprocher des besoins des entreprises et de certaines professions manipulant des données volumineuses (graphistes, communication, designer, etc). Les responsables informatiques des entreprises voient en général d’un mauvais œil l’arrivée de Dropbox pour des questions de sécurité et de contrôle des données partagées. La firme américaine affiche néanmoins clairement ses ambitions auprès des entreprises. En novembre dernier, elle a lancé une offre dédiée, qui reprend les mêmes fonctionnalités que la solution Business (gestion de l’espace de stockage, permissions octroyées à chaque utilisateur, protection des liens par mots de passe et délai de validité, etc.). Elle ajoute en plus des outils de déploiement spécifiques (accélération de migration de comptes personnels vers des comptes professionnels). Les contrôles sont plus avancés, avec notamment « Suspended user state », une fonction de suspension de service pour les collaborateurs qui quittent l’entreprise. En y ajoutant une option de synchronisation P2P, Dropbox veut aller au-delà du Cloud pour séduire un peu plus les DSI.

A lire aussi :

Dropbox affine son collaboratif, Box lance sa plateforme

Dropbox et Adobe s’associent autour des PDF

Crédit Photo : Rawpixel.com-Shutterstock

Recent Posts

Scribe : les enseignements à tirer de l’échec de ce projet d’État

Un seul logiciel pour la rédaction des procédures entre police et gendarmerie. C'était l'objectif du…

2 heures ago

HackerOne : quand un initié détourne le bug bounty

Un employé de HackerOne aurait exploité à des fins personnelles des rapports de sécurité soumis…

7 heures ago

Jean-Noël Barrot, nouveau ministre délégué chargé du numérique

Jean-Noël Barrot est nommé ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications du…

24 heures ago

Cloud : Microsoft peine à se convertir à sa « nouvelle expérience commerciale »

Microsoft concède de nouveaux reports dans la mise en place de la « nouvelle expérience…

24 heures ago

PC, tablettes et smartphones : la dégringolade qui s’annonce

Tensions géopolitiques, inflation et difficultés d'approvisionnement impactent à la baisse le marché des terminaux. En…

1 jour ago

Le W3C dit non à Google et Mozilla sur l’identité décentralisée

La spécification DID (Decentralized Identifiers) passera au stade de recommandation W3C début août, en dépit…

1 jour ago