DSI : un fonctionnement en silos qui coûte cher

Le manque de collaboration entre équipes métiers et IT, ainsi que la multiplication d’outils de monitoring et d’analyse de données coûtent aux organisations « des centaines d’heures et des millions de dollars chaque année », a déclaré Mike Maciag, CMO de Dynatrace. Le fournisseur de solutions vient de livrer les résultats d’une enquête* internationale menée auprès de 700 directeurs des systèmes d’information (DSI) de grandes entreprises.

89% des DSI interrogés ont constaté une forte accélération de la numérisation à l’oeuvre au sein de leur organisation ces douze derniers mois. Près de 6 sur 10 (58%) prévoient que ce rythme s’intensifie plus encore en 2021 avec la massification du travail à distance.

Or, 93% des répondants pensent que la contribution des équipes IT à la création de valeur est freinée par des résistances internes. Les principaux obstacles mentionnés sont : un fonctionnement en silos entre équipes IT et métiers (cité par 49% du panel), une visibilité et des données limitées sur la perception utilisateur de la performance des services numériques (49% également) ou encore une connaissance relative de la valeur commerciale de mises à jour et changements apportés à ces services (36%).

Ce fonctionnement en silos impacte la productivité et les ressources des organisations.

1,7 million $ par an

En moyenne, les équipes IT passent 16% de leur temps en réunion avec les équipes métiers pour identifier les causes de dysfonctionnements et leurs solutions.

L’impact sur la productivité n’est pas neutre. Son coût est estimé à 1,7 million de dollars en moyenne par an et par entreprise.

Pour limiter le gaspillage, 95% des DSI estiment que les décisions d’investissement informatique devraient être davantage axées sur les données. Or, 14% seulement disent utiliser une plateforme unifiée d’analyse et de monitoring, basée sur un modèle commun de données, pour accroître le niveau d’automatisation et favoriser la coopération.

Quelles « nouvelles » pratiques les entreprises sont prêtes à adopter pour éviter les silos ?

L’approche BizDevOps, ou le rapprochement des équipes métiers, de développement et des opérations informatiques, est la plus souvent citée (53%). Les opérations cloud autonomes (50%) et le NoOps (pas d’équipe interne en charge des opérations IT, mais une tendance forte à l’automatisation et à la virtualisation) (47%) sont d’autres options.

*Pour Dynatrace, Vanson Bourne a interrogé 700 DSI d’entreprises de plus de 1000 employés. Où ? France, Allemagne, Royaume-Uni, États-Unis, Singapour, Brésil, Mexique et Australie (source : Dynatrace 2021 Global CIO Report).

(crédit photo © Shutterstock)