Numérique, data, devops… Les priorités du DSI, selon IDC

CloudData & StockageDSIPolitique de sécuritéProjetsSécurité

D’ici 2020, les priorités d’investissement des DSI seront orientées sur le numérique, les données et les plateformes. Sans oublier la cybersécurité, selon le cabinet IDC.

La société d’études IDC a publié l’édition 2018 de son agenda du directeur des systèmes d’information (DSI) qui précise notamment les priorités d’investissement du DSI.

Selon la société d’études américaine, en 2018, le déploiement d’une activité numérique d’ampleur, à travers la monétisation des données et l’expérience utilisateur personnalisée, sera au centre des préoccupations de 75% des DSI dans le monde. Cette même année, 70% des directions informatiques devraient conforter leurs développements agiles, en privilégiant le Design Thinking et l’approche Devops. Cette dernière fusionnant développement et exploitation de logiciels.

Mais en 2019, les objectifs numériques de DSI ne seront pas tous atteints. En cause, « des impératifs contradictoires de transformation, des innovations technologiques se révélant parfois inefficaces, des systèmes hérités en fin de vie et sous-financés », explique IDC.

Malgré tout, cette même année, 60% des DSI finaliseraient la réorganisation de l’infrastructure et des applications utilisées par leur entreprise. Et ce en privilégiant le Cloud, les technologies mobiles et la dynamique Devops.

En 2019, toujours, 60% des départements informatiques auront déployé des plateformes soutenant la transformation numérique (DX) de leur organisation, prévoit IDC. Et de nouveaux modèles d’affaires orientés clients et écosystèmes de partenaires.

Par ailleurs, 75% des DSI orienteraient leur approche de la cybersécurité sur l’authentification. Et ce pour mieux gérer les risques. Les systèmes qui ne peuvent assurer une protection des données satisfaisante seraient évincés.

DSI et leadership à l’ère numérique

« Pour les DSI et les responsables des technologies de l’information, le défi est de penser et opérer comme une entreprise ‘digital-native’ dans une économie de plateformes », a expliqué par voie de communiqué Serge Findling, vice-président de recherche chez IDC.

À horizon 2020, 60% des décideurs informatiques se positionneraient ainsi en « responsables numériques » reconnus. Ils mettraient alors en oeuvre une culture et des modèles qui privilégient les produits basés sur le numérique, plutôt que les projets IT…

Toutefois, ils seraient moins nombreux (40% tout de même) à adopter de nouveaux modèles de gouvernance numérique pour accélérer l’innovation et la vitesse des déploiements. Et imposer leur vision auprès des comités de direction.

Or, « l’accélération du changement et son caractère parfois imprévisible obligent les entreprises à développer des processus d’adaptation et de décision alimentés par le numérique, ainsi que des plateformes technologiques pour survivre, et a fortiori prospérer », insiste le dirigeant d’IDC.

Lire également :

IA, IoT, cybersecurité…ces technos qui troublent les DSI

Les DSI pris en étaux entre complexité de la mobilité et pression de la direction générale

crédit photo © shutterstock

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur