Quand les DSI s’adaptent au travail à distance

Comment les responsables IT s’adaptent au travail à distance (remote work) ? C’est la question posée dans le cadre d’une enquête* américaine promue par Catchpoint, fournisseur d’une plateforme d’analyse de la performance applicative.

400 DSI et managers métiers employés par des entreprises de taille intermédiaire et de grands groupes ont été interrogés en juillet 2020.

33% ont déclaré qu’ils télétravaillaient « au moins quelques jours par semaine » avant la pandémie de Covid-19. Au printemps 2020, en plein confinement, 74% se sont trouvés dans l’obligation de travailler à distance, depuis leur domicile ou en situation de mobilité.

Pour la rentrée « déconfinée », 42% des répondants sont encore appelés à télétravailler à temps partiel ou à temps plein.

Qu’en est-il des interactions clients ?

43% des entretiens se déroulaient en présentiel (face-à-face) avant le Covid-19. 13% durant le confinement et 37% après. C’est une aubaine pour les applications de visioconférence comme Zoom et Teams.

Retour au bureau ?

La perspective d’un retour au bureau est diversement appréciée. Seulement 10% des répondants s’en réjouissent. 33% s’y opposent. En outre, 1 répondant sur 4 veut continuer à télétravailler « au moins un jour par semaine ».

Pour soutenir la productivité, un tiers des organisations sont plus susceptibles que les autres d’investir dans la formation, les outils du travail à distance et le cloud hybride.

Elles sont aussi 1,5 fois plus susceptibles de se tourner vers l’automatisation robotique des processus (RPA), le réseau WAN défini par le logiciel (SD-WAN) ou encore l’approche regroupant intelligence artificielle et opérations IT (AIOps).

Il en va de même pour la cybersécurité.

*L’enquête a été menée en juillet 2020 par ReRez Research. 400 directeurs des systèmes d’information (DSI) et managers en télétravail ont été interrogés (source : Catchpoint 2020 CIO Survey Report).

(crédit photo via Pexels)