Du hardware sous modèle Open Source ?

Régulations

Silicore, une société américaine qui fabrique des semiconducteurs, adopte un modèle économique ‘open source’ pour ‘semiconducteur IP’

C’est, pour ce concepteur de “puces” la seconde tentative en trois mois de lancer un semiconducteur en mode LGPL (

Lesser General Public Licence). Le code source et la documentation du microcontrôleur RISC 8 bits SLC 1657 sont librement disponibles sur le site du fabricant. Le semiconducteur est plus spécialement destiné aux systèmes de détection, accessoires médicaux ou électroniques grands public. Si Silicore conserve le copyright de son produit, les intégrateurs peuvent librement le copier, le modifier, le fabriquer et le distribuer sans verser de droits. Bien entendu, comme la plupart des logiciels ‘open source’, l’intégrateur s’engage à partager ses développements sous le même modèle de licence LGPL. Un logiciel n’est qu’un processeur virtuel ! Pour Wade Peterson, “un semiconducteur léger n’est qu’un logiciel qui a vieilli“. Pour le président et CEO de Silicore, un logiciel n’est qu’une autre expression pour décrire des instructions machines. Dans ces conditions, rien n’interdit de traiter un semiconducteur sur le modèle d’un logiciel ‘open source’. Le modèle économique et le système de licences de Silicore s’adresse donc à la communauté GNU/Linux qui souhaite utiliser un semiconducteur IP. “Nous n’éprouvons pas le besoin de réinventer la roue” ! Pour Wade Peterson, le modèle de distribution classique s’apparente à celui des éditeurs comme Microsoft ou Oracle. Il véhicule donc la guerre concurrentielle que se livrent les fondeurs sur les systèmes ‘hardware’ ouverts et fermés. Se libérer de la domination des assembleurs majeurs Selon Wade Peterson, le marché des semiconducteurs ressemble à celui des micro-ordinateurs au début des années 80. Et il craint qu’il n’évolue dans le même sens, à savoir que les fabricants de semiconducteurs ne restent sous la domination de quelques rares assembleurs qui leurs dictent leurs lois. N’est-ce pas ce qui s’est passé pour le marché des composants pour les bus, avec PCI et VME ? Et d’imaginer les ponts IDE vers USB ou les contrôleurs Wi-Fi en mode ‘open source’? Et donc pourquoi pas un marché du ‘hardware open source’ ? Une perspective évoquée par Wade Peterson, qui laisse rêveur? Et dans cette perspective, les démarches de Microsoft vers le design des composants, même si elles semblent réservées au futur de la console de jeux XBox et à quelques périphériques, pourraient prendre une dimension nouvelle !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur