Pour gérer vos consentements :
Categories: Logiciels

Du nouveau du côté des 'Online Services' de Microsoft

La révolution culturelle se poursuit chez Microsoft. Conscient de l’évolution du marché des logiciels en boîte vers le service en ligne hébergé (Saas : software as a service ou S+S : software + service) et attaqué par une concurrence de plus en active (Google Apps, Salesforce, Adobe, SAP…), la firme consolide aujourd’hui son offre ‘Online Services’.

Après le lancement de Microsoft Equipt (abonnement annuel pour Office) et de Office Live Small Business, l’éditeur annonce aujourd’hui lors de sa Patner’s Conference à Houston, USA, la disponibilité de l’offre ‘Online Services’ jusqu’ici en bêta. Elle comprend Communications (VoIP), Dynamics CRM, Exchange, Live Meeting et Sharepoint. Toutes disponibles en mode on-line en mode software+service en ligne.

Cette suite hébergée sera proposée aux entreprises américaines dès la fin de l’année au prix de 15 dollars par mois et par utilisateur. L’offre devrait être étendue à l’ensemble du marché dès le début 2009.

Une version light de cette suite est également disponible : PME ou travailleurs indépendants pourront ‘louer’ Exchange Online Basic et Sharepoint Online Basic pour 3 dollars par mois et par utilisateur.

Les partenaires et intégrateurs seront étroitement associés à cette offensive : ils seront commissionné à hauteur de 12% sur les ventes qu’ils réaliseront auprès de leurs clients. Histoire de ne pas trop les pénaliser par cette évolution du modèle de distribution des produits de l’éditeur.

En mars dernier, nous interrogions Microsoft sur ses ambitions dans l’hébergement d’applications.« Microsoft Online Services s’adresse à des entreprises dotées d’un service informatique. En effet, si les services sont en ligne, l’administration et le suivi des applications sont assurés par l’administrateur qui gère cette solution en ligne de façon centralisée dans sa politique globale », soulignait Gwénael Fourré, chef de produit Communications Unifiées chez Microsoft France.

Et de poursuivre : « Si l’entreprise est organisée en plusieurs établissements en France ou dans le monde, tous ses utilisateurs accèdent alors au même service unique, et administré par le responsable informatique, qui n’a plus à se préoccuper des performances et de mises à jour. Il peut déployer sa politique de droit d’accès et de sécurité, générer des rapports, etc ».

Plus d’informations à venir, de notre envoyé spécial à Houston…

A lire, la suite de notre interview : Et si Microsoft devenait le premier ASP mondial ?

Recent Posts

Violation de données : phishing et ransomware au top des menaces

Les attaques informatiques par hameçonnage et ransomwares ont augmenté respectivement de 11 et 6% l'an…

2 jours ago

IBM Think 2021 : IA à tous les étages

IBM fait le plein d'annonces solutions à l'occasion de sa conférence Think 2021. Une édition…

4 jours ago

Jamf, expert Apple, acquiert Wandera 400 M$

Wandera étend les capacités de sécurité "zero trust" mobile/cloud de Jamf, spécialiste des solutions de…

4 jours ago

Tiger Lake : au tour des stations de travail mobiles

Tout juste officialisées, les puces Tiger Lake-H arrivent sur plusieurs stations de travail mobiles Dell…

4 jours ago

Automatisation : Appian met à niveau sa plateforme low code

Appian met à niveau sa plateforme d'automatisation low code. L'accès aux données et le développement…

5 jours ago

Lura : une passerelle API chez la Fondation Linux

Destiné à développer des passerelles API, le framework KrakenD passe sous l'aile de la Fondation…

5 jours ago