Du vent et du soleil pour alimenter un relais de téléphonie mobile

Régulations

Présenté comme le premier de ce type en Europe, un site de téléphonie mobile alimenté en énergie solaire et éolienne et a été inauguré mercredi à Lagardelle-sur-Lèze (sud de Toulouse) par Bouygues Télécom

L’idée peut sembler saugrenue et pourtant cela fonctionne. Merci Eole et Hêlios ! L’antenne, haute d’une trentaine de mètres et située à environ

300 mètres de deux habitations isolées du village, est dotée de 9 micro-éoliennes et de 76 mètres carrés de panneaux solaires à ses pieds, observe l’AFP. “Ce système évite la construction de lignes électriques d’alimentation coûteuses et peu esthétiques, et va permettre, à terme, un meilleur maillage des zones rurales non encore couvertes par notre réseau”, a expliqué Stéphane Gaillet, directeur régional Réseau Sud-Ouest de Bouygues Télécom. Energie solaire et éolienne fournissent respectivement 65% et 35% des 1.300 watts/heure nécessaires, et le site, mis en service en novembre 2004, “a fonctionné en totale autonomie après 3 mois de réglage”, a-t-il précisé. Ce prototype a coûté 300.000 euros, le double d’un site alimenté classiquement, mais ce prix est bien sûr appelé à baisser en phase d’installation en série. Bouygues expérimente également à Thil (Haute-Garonne) une antenne-relais alimentée par une pile à combustible qui crée de l’énergie à partir d’hydrogène stocké dans une bonbonne.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur