Dubaï s'invite au capital de Sony

Cloud

L’investissement pourrait représenter jusqu’à 3% du capital du géant nippon

Décidément, les émirats pétroliers multiplient depuis quelques temps les investissements dans les géants high-tech de la planète. Le 19 novembre dernier, on apprenait que l’émirat d’Abu Dhabi, à travers le fonds d’investissement gouvernemental Mubadala Development Company, s’est emparé de 8,1% du fondeur AMD pour 622 millions de dollars.

Ce lundi, c’est au tour de Dubai International Capital, un fonds d’investissement contrôlé par l’émir de Dubaï d’annoncer un investissement stratégique. Le fonds entre en effet dans le capital de Sony.

On ne connaît pas le montant de l’opération mais le fonds avait expliqué en juillet souhaiter acquérir des participations susceptibles d’atteindre 1,5 milliard de dollars dans une ou deux sociétés cotées au Japon.

En partant du principe que la totalité de cette somme a été investit dans Sony, cela équivaudrait à3% environ du capital du géant nippon, dont la capitalisation avoisine 5.520 milliards de yens (34,2 milliards d’euros).

En dessous de 5%, Dubai International Capital n’aura pas à publier une déclaration de franchissement comme l’y oblige la réglementation boursière japonaise.

L’investissement tombe plutôt bien, Sony commence à récolter les fruits d’importants plans de restructurations. Le groupe a renoué avec la rentabilité d’exploitation sur le trimestre juillet-septembre grâce à la vigueur de ses ventes de PC et d’appareils photo numériques, mais aussi à la baisse du yen, et il a relevé ses prévisions pour l’ensemble de l’exercice à fin mars.

La baisse de prix de sa console PlayStation 3 dope ses ventes, notamment aux Etats-Unis, ce qui est de bonne augure pour les Fêtes de fin d’année.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur