Dynvibe donne du sens aux réseaux sociaux

Logiciels

Les médias sociaux seraient la nouvelle manne du marketing. Cependant, une expertise s’impose, et les charlatans se multiplient. Heureusement, les vrais spécialistes aussi. Entretien avec Sonia Salvador, directrice commerciale chez Dynvibe

Spécialiste de la veille stratégique sur Internet, Dynvibe collecte et analyse les informations des médias sociaux pour les entreprises. La société compte aujourd’hui parmi ses clients des entreprises comme Walt Disney, L’Oréal, Monoprix, la SNCF… Silicon.fr a rencontré Sonia Salvador, directrice commerciale de l’entité.

Quand avez-vous créé Dynvibe ? Et comment cela fonctionne-t-il ?
Dynvibe a été créée en 2009, avec la solution Dynvibe Sphere pour suivre et analyser les médias sociaux : Facebook, Twitter, les blogs, les forums et les news.
Nous avons conçu des solutions en ligne simples à utiliser et ergonomiques. La détection de mots-clés permet de récupérer toutes les conversations relatives, avec un travail par langue (21 langues disponibles). Par exemple, à partir d’un nom d’entreprise, l’outil peut retrouver et répartir les discussions par support.
Nous proposons aussi un graphique d’évolution des conversations, avec accès aux tweets concernés, aux informations associées, au nombre de “likes”… Nous affichons des indicateurs de score et d’impact, et la possibilité d’accéder au contenu : à la fois du quantitatif et du qualitatif.

Le résultat brut ne suffisant pas toujours, vous proposez aussi du conseil…
Pour Facebook, Twitter, les blogs, les forums ou les news, nous affichons des chiffres et des évolutions, mais aussi les contenus. Cette activité de conseil stratégique permet d’aller au-delà des résultats chiffrés, nos spécialistes proposent aussi des rapports et analyses « humains » pour accompagner les entreprises : rapports hebdomadaires ou mensuels, recherche exploratoire, analyse d’image de marque… en fonction des objectifs souhaités. Et ces consultants sont attentivement sélectionnés en fonction de leur connaissance du marché et de la zone géographique à cibler afin de vous apporter le point de vue le plus approprié.

Vous venez tout juste de lancer Dynvibe Pages. Quel en est le concept ?
Facebook devient un vecteur de communication. Et les consommateurs viennent s’y plaindre en cas de problème. Cependant, il est difficile de traiter ces informations, de les analyser et de les comprendre. L’entreprise peut obtenir quelques chiffres comme le nombre de fans ou de “likes”, mais au-delà…
Dynvibe Pages permet d’analyser les pages Facebook dont l’entreprise est administratrice, mais aussi celles des concurrents par exemple. Notre travail consiste à procurer des ratios et des indicateurs aux équipes marketing aussi bien sur les évolutions quantitatives (nombre de fans) que qualitatives (combien de fans actifs, quels sont les sujets évoqués, comparaison avec les fans des concurrents…).
La solution propose deux niveaux d’information. Un affichage simple et direct des indicateurs clés : chiffres, progressions, et comparaison avec les scores de concurrents. Un second niveau d’information permet d’appréhender les raisons de ces évolutions : actions des fans, commentaires les plus “likés”… Et toujours la possibilité de lire les posts concernés, ou de disposer d’informations exclusives sur les fans (profil, répartition par sexe, niveau d’activité, potentiel d’influence…). Y compris pour les pages des concurrents.
Ce marché est encore jeune. Parmi nos concurrents, certains proposent un peu tout et n’importe quoi, et n’apportent parfois aucune valeur ajoutée.

Qu’en est-il de la protection de la vie privée ?
Le monitoring lié à l’information des profils de fans actifs atteint très vite ses limites. Dynvibe Pages va plus loin, puisque les données sur la page Facebook de l’entreprise ne sont pas privées pour elle.

Comment sont vendus Sphere, Pages et les rapports/analyses ?
Sur notre plateforme nous utilisons des outils linguistiques d’analyse des sentiments par rapport aux mots et expressions, ou encore des dictionnaires positifs/négatifs.
Notre facturation n’impose aucune limite en volume ou en nombre d’accès aux comptes. Sphere est proposé pour 100 euros par mois, par mot-clé et par langue (21 langues disponibles). Pages est facturé 100 euros par mois et par page Facebook. Les conseils et les rapports sont proposés sur devis.


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur