E-commerce : 28 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2014

Cloud

Les Français seront de plus en plus nombreux à réaliser leurs achats en ligne, dixit Forrester

Dans la déferlante de mauvaises nouvelles, enfin une étude optimiste. Les années, ni la crise, ne devraient entamer la marge de progression de l’e-commerce français. Selon une récente étude de Forrester, le chiffre d’affaires du secteur devrait poursuivre sa croissance.

La bonne santé du commerce en ligne se vérifie dans ses chiffres. En 2008, près d’un adulte sur trois a fait ses emplettes en ligne. En moyenne, les cyber-acheteurs ont dépensé une somme de 189 euros par trimestre, soit près de 754 euros par an. Certains secteurs en ont bien mieux profité que d’autres.

Les vêtements (27%) et les livres (20%) représentent près de la moitié des achats effectués en ligne. Les jeux vidéo et les ordinateurs, avec respectivement 8% et 7% de part de marché, ont de leur côté enregistré une très nette baisse depuis 2003. Six ans plus tôt, chacun de ses deux postes représentait 11% des achats. Preuve de la généralisation sectorielle du commerce en ligne.

L’étude révèle également que les acheteurs effectuent plus facilement leurs achats en ligne. Au sentiment de sécurité ressenti par les internautes s’ajoute la possibilité pour les acheteurs de réaliser très facilement leurs achats. Avec 87% des achats, la carte bancaire demeure le moyen le plus utilisé. Les solutions de paiement comme PayPal sont employées par 17% des cyber-acheteurs.

Pour de nombreux internautes, le web offre effectivement la possibilité de réaliser son produit en quelques clics. Néanmoins, une précédente étude révélait que l’interface, source de croissance, pouvait encore être améliorée.

Bien conscients du potentiel d’Internet, les géants de la vente, de la grande distribution à la vente par correspondance, investissent de plus en plus sur la Toile. A ces acteurs s’ajoutent une foule de pure players déjà bien implantés, l’américain Amazon en tête. En somme, la toile reste un terrain où la concurrence fait rage. Les acheteurs devraient ainsi être de plus en plus nombreux à choisir Internet pour leurs achats.

D’ici 2014, pas moins de 30 millions de cyber-acheteurs devraient investir la Toile, contre 22 millions prévus pour l’année 2009, souligne Forrester. La dépense moyenne devrait quant à elle passer de 754 euros à 930 euros par ans d’ici 5 ans.

Globalement, le chiffre d’affaires total de l’e-commerce passera de 14,7 milliards en 2008 à 28 milliards d’euros en 2014. De quoi voir l’avenir sereinement.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur