E-pub: le ‘rich media’ se développe à grands pas

Régulations

Une étude constate qu’un quart des publicités ‘on-line’ sont déjà dopées par ces techniques qui animent les messages, audio-visuellement, sur les sites Web

Sur 136 milliards de publicités en ligne sur la Toile, 28 % seraient désormais dotées de ‘rich media’. La source de cette étude n’est pas neutre: c’est Double Click -l’un des pionniers de ces techniques de publicités dynamiques sous forme de ‘pop-up’, par exemple, souvent réalisées sous le logiciel Flash.

Il y a un an, ce pourcentage n’était que de 17,3%. Par ailleurs, la croissance de l’utilisation de ces solutions ‘rich media’ est soutenue: +10% par trimestre selon la même étude. Ce succès s’expliquerait par le côté innovant de ces annonces permettant un impact plus fort auprès des internautes – au détriment parfois, il faut le dire, du confort de lisibilité du contenu… Selon Double Click, le taux d’activité post-contact par contact (c’est-à-dire l’influence de la publicité sur le comportement de l’internaute après exposition) est de 0,78 % pour une publicité rich media, contre 0,41 % pour une publicité classique. D’ici à la fin de l’année 2003, le “rich media” devrait être présent dans plus de 40% des publicités en ligne. Bannières: le grand bordel

L’étude de Double Click s’est aussi intéressé aux différents formats de bannière françaises présentes sur le Web. L’institut comptabilise pas moins de 10.000 formats différents!

Cependant, les choses seraient en train de s’harmoniser. En effet, l’étude souligne qu’une baisse de 8 % du nombre de formats en exploitation a été enregistrée au cours du premier trimestre.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur