Numérique : le grand oral du commissaire Günther Oettinger déçoit

RégulationsSurveillance

Protection des données, neutralité du Net, droits d’auteur… Günther Oettinger, commissaire européen désigné à l’Économie numérique, a passé son audition publique. Sans convaincre. Quand il n’a pas franchement dérapé sur certains sujets.

L’audition des 27 membres de la future Commission Juncker a débuté le 29 septembre et s’achèvera le 7 octobre au Parlement européen. Trois heures durant, Günther Oettinger, commissaire sortant à l’Énergie ayant hérité de l’Économie et de la société numériques, a éludé, en allemand, des questions jugées trop techniques. Il a également renforcé les craintes des partisans de la neutralité du Net et autres défenseurs des droits et libertés à l’ère numérique.

Une réforme du droit d’auteur

Auditionné lundi par les eurodéputés, Günther Oettinger s’est déclaré « convaincu qu’une politique numérique réussie ne peut être qu’européenne et conjointement menée ». Le commissaire désigné s’est par ailleurs prononcé pour une réforme du droit d’auteur d’ici un à deux ans afin que les industries créatives opèrent au sein d’environnements « décloisonnés ».

Interrogé sur le « droit à l’oubli », Günther Oettinger a simplement déclaré soutenir l’approche jusqu’ici défendue en Europe (arrêt de la CJUE du 13 mai), tout en évoquant le droit à l’information. Il a, par ailleurs, réaffirmé son soutien au paquet télécom européen et promu une Neutralité du Net « progressive ». Rappelons-le, le règlement « continent connecté » proposé par la Commission Barroso dès septembre 2013 prévoyait d’interdire « le blocage et la limitation du contenu Internet », mais offrait la possibilité aux opérateurs de fournir des services à débits élevés garantis pour ceux qui en ont les moyens. Ouvrant la porte à un Internet à deux vitesses, dénoncé, jusqu’ici, par le Parlement européen.

Piratage iCloud : le commissaire a-t-il tout compris ?

« Les régimes nationaux et fragmentés de protection des données peuvent être contournés et n’ont plus de sens », a déclaré le commissaire désigné, en réponse à une question portant sur le renforcement de la confidentialité des données. Il a ajouté que la Commission européenne a déjà proposé des normes relativement élevées en la matière et qu’il revient aux États membres, hésitants dans le passé, de l’accepter.

Une déclaration peu favorable aux personnalités dont les comptes iCloud ont été compromis a fait l’objet de critiques nourries. Pour Günther Oettinger : « quand une célébrité est assez stupide pour prendre une photo d’elle nue et la mettre sur le Web, elle ne doit pas s’attendre à ce que nous la protégions. On ne peut pas complètement protéger les gens de leur propre bêtise. »

Pour le quotidien allemand des affaires Handelsblatt, le dirigeant politique « ne fait pas la différence entre une attaque de pirates informatiques sur des données conservées sur un serveur et la publication intentionnelle de photos sur Internet par des stars. » Pour l’hebdomadaire Der Spiegel, le prochain commissaire au numérique « prouve qu’il n’a rien compris » à l’affaire.

L’avis consultatif du Parlement européen

Passé de la Commission Barroso à la Commission Juncker, Günther Oettinger, chrétien-démocrate allemand de 61 ans, devra composer avec le vice-président de la Commission européenne en charge du Marché unique numérique, l’homme politique estonien Andrus Ansip. Malgré les critiques, il est peu probable que le Parlement européen, qui a placé le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker à la tête de l’exécutif européen, refuse de voter la confiance, fin octobre.


Lire aussi

Commission européenne : Günther Oettinger hérite de l’économie numérique (MAJ)

Wikimedia contre les « trous de mémoire » imposés par le droit à l’oubli


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur