Ecrans plasma: la guerre des brevets tourne à l’affaire d’Etat (suite)

Régulations

Le contentieux entre Samsung et Fujitsu se transforme en guerre des nerfs entre la Corée du Sud et le Japon

Les brevets régissant la propriété intellectuelle des écrans à plasma n’en finissent de créer des vagues. Dernier épisode en date, et pas des moindres, le Japon a décidé tout simplement de suspendre les importations des écrans à plasma du groupe sud-coréen Samsung SDI dans le cadre du contentieux opposant Samsung et le japonais Fujitsu.

Si une nouvelle tentative d’importation de ces écrans au Japon devait se produire après mercredi, les douanes japonaises auraient deux mois pour décider d’une interdiction permanente, a précisé un responsable des douanes nippones. Contre-offensive de Samsung Depuis le début avril, Fujitsu accuse Samsung SDI de violation de ses brevets sur les écrans à plasma. Le sud-coréen conteste en arguant que les brevets concernés, qui permettent une amélioration de la luminosité et des couleurs plus riches, sont des technologies répandues dans le monde entier et utilisées depuis des décennies par les sociétés américaines. Après avoir pris acte de cette décision, Samsung a annoncé jeudi avoir engagé des poursuites judiciaires contre Fujitsu pour obtenir l’annulation de cette suspension d’importation. “Nous pensons que Fujitsu n’est pas en droit de demander aux autorités japonaises de suspendre les importations (au Japon) d’écrans à plasma de Samsung, a précisé un porte-parole de Samsung Japan, Lee Maria. Par ailleurs, le gouvernement de Corée du Sud a protesté devant l’ambassadeur du Japon à Séoul à propos de cet épineux dossier.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur