ECS: du financement au ‘service global’, l’offre CMS

Régulations

Le “leader du financement et de la gestion de parcs de PC et de serveurs informatiques” aimerait qu’un quart de ses clients (et prospects) adoptent son offre élargie de services: CMS, ‘client management services’. Ambitieux?

A l’occasion du récent rachat de Telci (lire ci-après), ECS annonce la promotion de son nouveau contrat:

CMS, pour “Client management services“. Il s’agit d’un “contrat unique, réunissant un ensemble de services associés au cycle de vie des équipements“, expliquent les dirigeants. ECS met à profit le succès, en France et en Europe, de son offre de financement (leasing ou autres formules) des parcs de systèmes et de postes de travail pour aller au delà: proposer un “package” de services incluant les services ‘desk’: assistance en ligne (ECS Solutis, 3 centres d’appels multilingues), support logiciel, y compris le déploiement et le suivi des versions, le ‘patching’ de sécurité (mises à jour contre les failles, les virus…). “Nous ne nous confondons pas avec l’infogérance“, doit expliquer Jacques Sorrel, p-dg d’ECS. “Notre démarche est quasiment inverse: nous partons de notre offre locative et de la gestion d’actifs informatiques pour fournir des services aux infrastructure informatiques, mais nous ne nous immiscons pas dans la production informatique“. Ce qui signifie qu’avec ses nouvelles ambitions ECS peut conjuguer ses prestations avec celles des Capgemini, HP ou EDS, clairement identifiées comme relevant de l’infogérance. Et non les concurrencer de plein fouet… Avec cette nouvelle offre de services, ECS compte séduire 20% de ses 7.000 clients, d’ici à fin 2007. Le groupe revendique une base installée de 754.000 PC et de 4.000 équipements d’impression. Depuis quelques mois, ECS est interpellé sur les infrastructures à base de logiciel “libre”, sous Linux: “Nous réfléchissons à une offre de services d’infrastructure mieux adaptée au “libre”. Avec notre centre de support, à Fontenay-sous-Bois, nous sommes en maquettage permanent. Et, pour l’heure, nous sommes encore très partagés sur la réalité des gains chez les clients. Lorsque l’on met bout à bout les coûts, le temps passé, etc. ce n’est pas encore concluant“, soutient Jacques Sorrel, pd-g. Réalité ou résistance passive à un changement de modèle économique ? ( A suivre ) Le rachat de Telci est bouclé

Le rachat du groupe Telci renforce notre offre autour de la gestion dynamique du poste de travail“, a expliqué, ce 27 septembre, Jacques Sorrel, p-dg d’ECS (1.200 salariés, 1,73 milliard d’euros en 2004). Ce rachat, officialisé le 16 septembre, confirme l’orientation d’ECS vers une offre de services aux infrastructures, actuellement centrées sur le mainframe (IBM…) et les serveurs, vers les postes de travail. ECS évalue à plus de 3.000 déjà les entreprises clientes qui bénéficient, dans le cadre d’un contrat de location, d’une expertise multi plateforme et d’une gamme étendue de services autour du serveur, du stockage, du réseau et de la sécurité. Avec Telci, ces services “sont étendus à l’ensemble du cycle de vie du poste de travail“. Cette PME (100 personnes sur 20 agences en France, 13 millions d’euros en 2004) a développé son expertise dans l’installation, le déploiement et le support de PC dans le secteur de l’assurance notamment (plus de 30.000 postes déployés en France depuis le début de l’année). ECS n’écarte pas l’éventualité d’autres rachats mais recherche des prestataires dont la taille soit “compatible” avec ses ambitions -entendons de taille respectable en… dizaines de millions d’euros.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur