Edge: Bouygues Telecom cible d’abord les entreprises

Régulations

L’opérateur confirme sa stratégie en misant sur cette technologie, moins rapide que l’UMTS mais permettant une plus grande couverture. Pour le grand public, il faudra attendre octobre

Dans l’univers du haut débit mobile, trois écoles s’affrontent désormais. SFR a décidé de se concentrer uniquement sur l’UMTS, la téléphonie mobile de 3è génération. Orange a d’abord lancé l’UMTS et compte utiliser Edge pour compléter le réseau. Bouyues Telecom, de son côté, mise exclusivement sur Edge.

Ce choix n’est pas une surprise. Depuis des années, le troisième opérateur français dit tout le mal qu’il pense de l’UMTS. “Je répète ce que je dis depuis quatre ans: l’UMTS n’est rien d’autre qu’une technologie de transport, c’est un tuyau. La taille du tuyau n’est pas le problème du client, c’est l’offre de services qui compte”, expliquait Martin Bouygues p-dg du groupe. Aujourd’hui, BouyguesTel lance donc ses premières offres pour les entreprises après 230 millions d’euros d’investissements sur deux ans. Soit un an après la concurrence UMTS. Mais l’opérateur est convaincu d’avoir fait le bon choix. Edge est considéré comme une technologie de transition entre le GPRS (2,5G) et l’UMTS (3G). Les partisans de l’UMTS soulignent que son débit est moins élevé, un point noir pour un usage professionnel. Mais pour BouyguesTel, cette vision est incomplète, voire fausse. Selon l’opérateur, si le débit moyen d’Edge du réseau vers mobile est de 130 kb/s contre 250 kb/s pour l’UMTS, le débit ascendant, c’est à dire du mobile vers le réseau est proche entre les deux technologies. Et Edge serait même supérieur. Bouygues Telecom indique qu’Edge atteint les 60 kb/s contre 50 Kb/s pour l’UMTS. Bref, l’opérateur veut en finir avec cette idée de “technologie intermédiaire” même si les débits annoncés devront être vérifiés dans les faits. Des débits proches de l’UMTS ? Le principal atout d’Edge ne se situe pas là. La couverture du territoire semble être le point essentiel mis en avant par BouyguesTel. Car il est vrai que l’UMTS ne couvre qu’une partie du territoire, les plus grandes villes. Quand SFR ne dépasse encore les 50% de couverture 3G, BouyguesTel annonce 85% de la population couverte en Edge. Et pour le groupe, c’est une grande fierté: “Pour la première fois de notre histoire, notre réseau est plus complet que le numéro 2” fanfaronne Gilles Pélisson, dg de BouyguesTel. Par ailleurs, utilisant des fréquences moins élevées que l’UMTS, Edge “voyagerait mieux”, notamment à l’intérieur des bâtiments. Enfin, Bouygues souligne qu’Edge est un standard mondial déployé dans 52 pays contre 30 pour l’UMTS. Cette couverture massive qui assure une continuité de service très demandée par la cible professionnelle constitue donc le facteur déterminant de l’offre. Une offre qui se décline selon les supports utilisés. BouyguesTel, comme ses petits concurrents, propose une carte PC GPRS/Edge qui vient équiper un PC portable. Il est également possible d’utiliser un mobile Edge en modem vers un PC portable: trois terminaux Nokia et un Motorola sont disponibles. Edge est également disponible via le Smartphone Nokia 9300 et surtout via le PDA communicant d’HP, le iPaq hw6515 – un terminal dont BouyguesTel détient l’exclusivité pendant quelques mois. Côté tarifs, ça se complique un peu. Les prix dépendent des supports utilisés car les usages sont différents selon l’opérateur (messagerie, applications métiers, intranet…). Depuis un PDA et un ‘sSmartphone’, trois forfaits au volume sont proposés de 3 Mo à 20 Mo mensuels (29 euros). Depuis un PC portable, certainement l’option choisie par une majorité de cadres nomades, quatre forfaits sont disponibles: trois au volume (5, 20 et 50 Mo) et surtout un forfait totalement illimité quel que soit le temps ou les volumes, proposé à 79 euros HT par mois. En attendant l’HSDPA Bouygues Telecom, qui ne génère que 10 à 15% de son chiffre d’affaires dans le secteur entreprise, pense gagner des points avec ces offres Edge. Notamment face à SFR. Orange, de son côté, combine UMTS et Edge. Mais pour l’opérateur, la filiale de France Télécom fait beaucoup d’annonces alors que la réalité serait bien différente. “Les premiers combinés 3G vendus par Orange ne sont pas compatibles Edge. Ils ne sont pas prêts”, note perfidement Gilles Pelisson. Orange qui, heureuse coïncidence, annonce une conférence de presse de lancement d’une offre Edge grand public le 2 juin appriciera. Côté perspectives, BouyguesTel confirme ses intentions de proposer l’UMTS de seconde génération, le HSDPA permettant 1Mb/s en débit descendant et 100 kb/s en débit ascendant. La filiale du groupe de construction et de communication Bouygues confirme également qu’elle attendra la prochaine version de la téléphonie de troisième génération (3G), baptisée HSDPA, pour lancer ses offres 3G. “La stratégie de Bouygues Telecom en matière de haut débit est fondée sur des technologies complémentaires: Edge et HSDPA”, insiste l’opérateur. Il faut dire que BouyguesTel a désormais le temps. L’Autorité de régulation des télécommunications (ART) a annoncé vendredi dernier avoir accordé un délai à l’opérateur qui doit désormais lancer son service 3G avant mai 2007. Le grand public: en octobre

Bouygues Telecom ne veut pas brûler les étapes. L’opérateur attendra le mois d’octobre pour intégrer Edge à ses offres iMode. Deux raisons expliquent ce décalage: les mobiles ne sont pas prêts, les contenus dédiés non plus. Ce qui n’empêche pas Orange d’annoncer une offre grand public Edge très bientôt. Une conférence de presse sur ce sujet est prévue le 2 juin…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur