EDS recrute en France et élargit ses alliances

Cloud

EDS France envisage de recruter 450 collaborateurs en 2005, et de créer un structure d’expertise. Parallèlement, la société de services vient d’annoncer qu’elle a élargi son programme d’alliance ou partenariat à Oracle

EDS France étoffe ses effectifs et annonce le recrutement d’environ 450 collaborateurs en 2005, après environ 300 recrutements effectués en 2004. La filiale française de la SSII projette de créer une ‘

Top Expert Infrastructure‘. Les profils recherchés sont variés : consultants, architectes des systèmes d’information, chefs de projet ERP, ingénieurs en nouvelles technologies, etc. A 80% ils concerneront des postes de cadres, et pour 50% des jeunes diplômés. “EDS France connaît une forte croissance liée à la signature d’un volume de contrats sans précédent dans son histoire“, a indiqué Francis Meston, président d’EDS France. “Leur mise en ?uvre nécessite de renforcer les équipes et de poursuivre en 2005 la politique de recrutement déjà très active en 2004“. En clair, c’est une bonne nouvelle pour les jeunes diplômés et les professionnels confirmés. Mais elle surprend un peu car elle vient en contrepoint du récent discours de Michael Jordan, d-g du groupe, qui avec le projet d’alléger 20% de sa structure de coût avait annoncé en septembre dernier la suppression de 15.000 à 20.000 emplois sur deux ans ! Il faut seulement espérer que le marché français reste suffisamment attractif pour protéger les emplois de la filiale d’Electronic Data Systems Corp. EDS élargit son programme d’alliance à Oracle, SAP et Siebel

EDS a annoncé ce 15 février qu’Oracle, SAP et Siebel ont rejoint son programme «agility alliance», dans le cadre de sa nouvelle plate-forme mondiale de fourniture de services. Un premier centre de développement commun est ouvert. Les autres membres ne sont pas moins anonymes, puisqu’il s’agit de Cisco, Dell, EMC, Microsoft, Sun Microsystems et Xerox! Les partenaires de cette alliance revendiquent, autour d’EDS, un ”

modèle de gouvernance qui couvre tous les aspects du partenariat, qu’il soient stratégiques, commerciaux, marketing, industriels ou technologiques et pose le cadre du succès de cette collaboration.” Qu’en dit-on chez IBM Global Services? P.M. Lire notre article par ailleurs


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur