EMC OnDemand : Documentum à la conquête du nuage

La division EMC IIG (Information Intelligence Group) – anciennement division CMA (Content Management and Archiving) – est plus connue pour ses solutions logicielles d’ECM (Enterprise Content Management ou GED) Documentum, Captiva, Legato, etc.

Autour de Documentum, elle investit aujourd’hui sur quatre axes : l’interface utilisateur ; la gestion et la sécurisation de l’information (“pervasive governance”) ; la transformation, avec la prise en compte des gestions documentaires pour s’interconnecter avec le système d’information (SI) ; et le cloud, une réponse aux attentes d’accès aux technologies de gestion documentaire sans avoir à déployer l’infrastructure.

« Nous souhaitons casser l’image traditionnelle de Documentum sur le marché, changer les projets vers la gestion globale de l’information et de sa restitution », nous a confié Jacques Padioleau, directeur des ventes IIG EMC France, qui nous a présenté EMC OnDemand, la solution intégrée d’EMC pour gérer le document sur un  cloud hybride, qui débarque en France.

« Nous sommes capables de répondre à toutes les demandes des clients, en particulier de réduire le coût d’exploitation, avec un réponse plus rapide, une à deux semaines, sur un potentiel clients plus large, en offrant souplesse et agilité, mais sans rien lâcher sur la sécurité. »

Cette ambition se traduit aujourd’hui chez EMC IIG par des solutions EC OnDemand clés en main, qui peuvent apporter une réponse construite à 80 %, et en liaison avec l’ensemble des technologies du groupe. « Nos clients n’ont plus à partir sur un projet feuille blanche. Avec 49 applications développées par des partenaires et certifiées par EMC, et avec nos technologies, nous avons la capacité d’adresser tous les besoins et toutes les démarches métiers. »

Le virage d’EMC Documentum

Pour comprendre l’évolution de l’offre de gestion documentaire d’EMC, il faut rappeler qu’une solution d’ECM de l’envergure de Documentum (nous pourrions également évoquer les solutions concurrentes IBM ou OpenText), qui s’adresse en priorité aux grands comptes, présente une rare complexité, amplifiée par la multiplication des modules et options en grande partie objet d’acquisitions au fur et à mesure des années.

Il faut des mois, parfois des années, pour arriver à une solution efficace et cohérente ! Phénomène sans fin puisque de nouveaux usages ne cessent d’émerger, comme celui des terminaux mobiles. Ceci n’arrange pas les choses.

Pourtant, avec dans son portefeuille des solutions techniques de premier plan comme Isilon sur le stockage scale-out, VMware sur la virtualisation, RSA sur la sécurité, EMC dispose en interne des briques nécessaires pour construire une offre globale.

« Le manque d’agilité des IT crée une rupture avec des délais. Pour répondre au métier, nous devons aller plus loin que la GED traditionnelle et donner une vision globale 360 de l’ensemble de l’information dont il a besoin », nous confirme Bruno Bayle, directeur avant vente IIG EMC France. « La transformation de notre offre nous permet de simplifier la mise en place des solutions Documentum, englobées dans un niveau de service et une offre cloud, prenant en compte les nouveaux moyens de consommation de l’information tout en mettant à disposition un référentiel Documentum. »

Cette nouvelle stratégie, sur laquelle Jacques Padioleau estime disposer de deux ans d’avance sur ses concurrents, passe par la fourniture d’un framework agile « qui prend en compte l’ensemble des données, même liées à des sources externes, avec une solution qui permet de gérer l’ensemble du cycle de vie de l’information, de la capture à l’archivage, et la ‘cloudiser’. Documentum est le SAP de la GED. »

La suite en page deux…

EMC OnDemand embarque de base Documentum, avec les applications Webtop, CenterStage, Mobile et My Documentum for Desktop, ainsi que les outils de développement et d’administration Documentum Content Server, Retention Policy Services, xPlore, Content Transformation Services et Content Intelligent Services.

Sont également présents Captiva, pour la capture des documents, et Document Sciences (récemment acquis) pour l’automatisation de la création, la production et la distribution multi-channel d’une information personnalisée.

D2 et Mobile, la nouvelle génération d’interfaces

« L’adaptation de l’interface en fonction des besoins a modifié le paradigme de l’approche du client… » Pour améliorer la productivité, EMC propose de consolider et de simplifier, et cela passe inévitablement par l’interface client.

Ceci se traduit chez EMC – c’est une habitude ! – par plusieurs acquisitions. Citons D2 avec une nouvelle version qui simplifie la création des interfaces utilisateurs, ou encore Synplicity qui offre la capacité de synchroniser l’information sur l’ensemble des appareils, de gérer et automatiser la réconciliation pour éviter les problématiques de synchronisation dynamique, pour la collaboration et l’échange de documents.

« Notre solution sépare le document et la clé d’encryptage afin d’assurer la protection de l’empreinte sur le document », rappelle Bruno Bayle. Sans oublier Documentum Mobile, pour contrôler et sécuriser la diffusion de l’information au travers de règles issues du référentiel Documentum.

Réduire les coûts

« Tous nos efforts portent sur le coût de possession », a lâché Jacques Padioleau. La mise en place d’une plateforme pour automatiser la mise à disposition de l’information dans un contexte métier permet également de réduire les coûts.

« C’est une révolution : nous accélérons la mise en place des applications, nous améliorons la productivité en adaptant l’interface de mise à disposition des informations, et nous innovons avec l’intégration de l’analyse des contenus via le big data. »

Atelier de génie logiciel xCP 2.0

La nouvelle version de la plateforme d’atelier de génie logiciel xCP 2.0 ambitionne elle aussi de révolutionner l’approche du développement de solutions qui pourront être certifiées par EMC.

Le partenaire qui déploie Documentum dispose désormais d’un outil, avec éditique et accès au Big Data Greenplum, pour définir l’ensemble des règles, jusqu’à l’interface, qui vont permettre de modéliser un processus sans saisir de code.

« Le paramétrage par configuration limite le développement de lignes de code et offre la capacité d’adapter l’interface à l’utilisateur métier et de s’intégrer aux outils métiers, ainsi que l’analytique avec Greenplum ». Bruno Bayle fait ici référence à la division Big Data et Hadoop d’EMC, qui semble avoir trouvé dans Documentum un terrain pour s’exprimer plus concrètement.

En deux ans et indépendamment des actions antérieures de verticalisation de son offre, les partenaires d’EMC on ainsi créé 49 applications clés en main, ce qui vient confirmer la capacité de Documentum à accélérer l’adaptation et le déploiement de ses solutions.

EMC Documentum dans le cloud

Toutes les évolutions évoquées ci-dessus aboutissent à ce qui est certainement la vraie révolution : EMC OnDemand, ou la gestion documentaire dans le cloud.

La nouvelle offre Documentum ‘intégrée’ est désormais disponible en France, en version on-premise pour les organisations qui souhaitent disposer de leur propre infrastructure ou off-premise via un environnement complet qui provisionne l’ensemble des ressources.

La gestion de l’ensemble est réalisée à l’aide de la solution OnDemand VCUBE Manager. Quant au cloud privé, la solution xMS Blueprint On Premise permet de créer ses propres templates (blueprints) de déploiement, adaptés à l’infrastructure de l’entreprise.

« Avec Documentum, on n’installe plus ! », s’écrie Jacques Padioleau. Quant à la question du coût, le cloud Documentum permettrait une réduction de 20 % à 25 %, soit globalement la suppression des problématiques de provisionnement et de déploiement.

La solution a fait ses preuves aux États-unis et en Europe du Nord. Elle débarque en France où de grands comptes l’ont déjà déployée. Disponible en mode cloud hébergé sur Rackspace, elle l’est également sur Canopy, la joint-venture européenne qui réunit EMC et Atos. De quoi satisfaire les grands clients qui souhaitent que leurs données ne quittent pas le territoire européen.

Il ne reste plus pour EMC qu’à abaisser le point d’entrée de Documentum et à rendre la solution accessible aux PME. Un effet attendu du cloud. EMC sera à suivre dans les prochains mois : son offre pourrait bien enfin se démocratiser… dans le nuage.


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Le vocabulaire du cloud