Emeutes de Londres : une bonne pub pour les BlackBerry?

OS mobilesSécurité

La messagerie sécurisée des BlackBerry permet aux émeutiers de s’organiser et d’échapper à la vigilance des forces de l’ordre. Plus pour longtemps. RIM a annoncé son intention de collaborer avec la police.

Après les « révolutions Facebook » des récents mouvements populaires du Moyen-Orient, les « émeutes BBM »? Le Guardian, rapporte, selon de multiples sources, l’usage du service de messagerie instantanée BlackBerry Messenger (BBM) de RIM (Research in Motion) comme plate-forme active d’échanges de messages explicites dans le cadre des actuelles émeutes qui secouent le centre de Londres.

« Tout de monde de tous les quartiers de Londres, rendez-vous au cœur de Londres (centre) OXFORD CIRCUS !!, des magasins vont se faire exploser alors venez récupérer des trucs gratis !!! », informait un de ces messages daté du dimanche 7 août. D’autres du même tonneau organisaient émeutes et pillages à travers le nord de la capitale anglaise, indique ITespresso.fr.

Le quotidien britannique note également que Facebook a, de son côté, plutôt été utilisé pour diffuser photos, vidéos et revendications. Les autorités ont aussi été très attentives aux messages échangés sur Twitter, promettant de poursuivre ceux qui appelleraient à la violence via le service de micro-blogging.

Mais elles auraient du coup totalement ignoré le principal outil utilisé par les émeutiers jusqu’au début de la semaine. Pourtant, 37 % des adolescents anglais seraient équipés d’un BlackBerry selon une récente étude de l’Ofcom (le régulateur télécoms britannique). Or, ces smartphones sont tous équipés de BBM, un service conçu pour les besoins des entreprises en leur apportant une garantie de confidentialité des échanges.

On se souvient d’ailleurs que RIM, le fabricant canadien des BlackBerry, avait dû ouvrir son réseau anonyme aux forces de l’ordre de plusieurs pays orientaux, et en Inde, qui voulaient pouvoir contrôler ce moyen de communication. Officiellement pour lutter contre le terrorisme.

Les pays occidentaux avaient alors défendu RIM, au nom de la liberté d’expression. Mais maintenant, les autorités anglaises prennent conscience du problème. Un député britannique, David Lammy, propose même de fermer le service au Royaume-Uni. « C’est l’une des raisons pour lesquelles des criminels peu aguerris déjouent des forces de police autrement plus préparées », justifie-t-il.

RIM a cédé ce 8 août : « Comme dans tous les marchés du monde où BlackBerry est disponible, nous coopérons avec les opérateurs de télécommunication locaux, les forces de police et les pouvoirs publics. » Au risque que l’entreprise canadienne perde une partie de sa clientelle britannique. Ne rejetons cependant pas la faute sur RIM. Les émeutes londoniennes de 1985 n’avaient nécessité aucun Twitter, Facebook ou BBM…

Crédit photo : © kalafoto – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur