EMI veut s’offrir Warner Music, qui n’en veut pas…

Cloud

La migration des majors maisons de disques vers le téléchargement numérique est difficile mais inévitable. La concentration de ses acteurs traditionnels s’impose. Le serpent de mer du rapprochement d’EMI avec Warner Music refait surface

C’est la troisième fois en cinq ans que le projet est évoqué par ses protagonistes. Le britannique EMI Group, numéro trois mondial, serait entré en discussion préliminaire pour le rachat de l’américain Warner Music Group, numéro quatre.

Le britannique était passé à deux doigts d’emporter le morceau en 2003, mais c’est un consortium de fonds d’investissement emmené par le trublion Edgar Bronfman Jr qui avait emporté le morceau en surenchérissant sur l’offre de 3 milliards de dollars d’EMI. Aujourd’hui, la surenchère est du côté de EMI, qui a confirmé son offre à hauteur de 28,50 dollars l’action, soit un peu moins de 5 milliards de dollars. Une belle plu value en perspective pour Edgar Bronfman Jr, mais celui-ci, de source EMI, aurait rejeté une nouvelle fois l’offre !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur